Jean-Pierre Chevènement : « Chirac gardera l’image d’un homme «ferme et courageux» »

de | 2009-11-01

Lorsque Jacques Chirac était président et lui ministre, ils s'étaient plutôt bien entendus? Alors Jean-Pierre Chevènement n'a pas envie d'accabler l'ancien chef d'État. "Je ne me réjouis pas de cette nouvelle", a-t-il déclaré au "Talk Orange-Le Figaro".

 

Il restera comme un homme qui s'est opposé à George Bush au moment de l'invasion de l'Irak. Il fallait beaucoup de fermeté et de courage. Cela restera dans l'histoire. Par contre, cette affaire, quelle qu'en soit l'issue judiciaire, n'y restera pas."

 

Comme les autres responsables politiques, le président du Mouvement radical et citoyen admet aussi qu'il faut laisser faire la justice. Parce qu'il sait que les pratiques reprochées à Jacques Chirac ont existé dans beaucoup de formations politiques dans le passé, Jean-Pierre Chevènement ne voudrait pas s'y attarder.

 

"Il n'est pas bon de ramener la politique aux affaires", dit-il.

 

Les sujets qui l'intéressent, ce sont la ratification du traité européen de Lisbonne, ou le débat sur l'identité nationale, même s'il s'interroge sur le "moment" choisi pour le lancer. Il "est utile parce que les Français doivent avoir conscience de ce que signifie être français.

 

Mais à la veille des élections régionales, il me paraît inopportun". Quoi qu'il en soit, la mère des batailles reste la présidentielle pour le MRC. C'est à ce moment qu'il faut "essayer de peser", dit-il. Un vœu pieux puisque le mouvement ne représente plus grand-chose électoralement.

 

"Je ne soutiendrai pas un candidat dans lequel je n'ai pas confiance", a-t-il assuré néanmoins. En qui a-t-il confiance aujourd'hui ? "D'abord en moi", a-t-il répondu. Nicolas Barotte

     
Source : Le "Talk Orange-Le Figaro" – Le 30 octobre  2009