Yves Jégo avance ses idées pour l’Ile-de-France

de | 2008-08-12

Yves Jégo avance ses idées pour l'Ile-de-France - image lefigaro11082008 on http://www.billelouadah.fr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
«Les régionales sont la grande occasion de renouveler le personnel politique», explique Yves Jégo. Crédits photo : Le Figaro

Le secrétaire d’État chargé de l’Outre-Mer suggère que les têtes de listes départementales UMP pour les régionales de 2010 soient toutes des femmes.

    Les primaires internes à l’UMP pour la désignation des chefs de file aux régionales auront lieu en mars prochain. Mais Yves Jégo n’entend pas se laisser imposer le calendrier de cette campagne par son principal concurrent, son ­collègue chargé des Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi. Celui-ci a depuis le printemps accéléré le rythme et aligne un comité de soutien richement doté.
«Avec Roger Karoutchi, ce n’est pas la guerre, assure Yves Jégo. C’est la concurrence. Comme aux Jeux olympiques, nous sommes plusieurs à vouloir la médaille d’or.» Dans cette course d’obs­tacles, l’élu des Hauts-de-Seine semble pourtant avoir pris de l’avance sur son collègue de Seine-et-Marne en voulant imposer son rythme à la campagne. De quoi inquiéter Yves Jégo ? Pas vraiment. «Karoutchi est parfaitement légi­time. Moi aussi, relève-t-il. Mais j’incarne une autre approche, une autre génération.» Un argument qui a la vertu d’agacer son adversaire. «Yves Jégo a dix ans de moins que moi, certes. Mais peut-on vraiment parler d’une autre génération ?», s’interroge Ro­ger Karoutchi.
Face à la gauche, qui contrôle la Région depuis 1998 et six des huit départements, Yves Jégo est persuadé que la victoire de la droite francilienne passe par la montée d’une nouvelle génération. «Les régionales sont la grande occasion de renouveler le personnel poli­tique, explique le maire de Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne. Nous devons être audacieux en la matière.» Question audace, il propose ainsi que les ­listes de la majorité comportent un quart de candidats âgés de moins de 30 ans. «Et pas seulement en fin de liste», assure-t-il.
Yves Jégo suggère également que toutes les têtes de listes départementales soient des femmes : Valérie Pécresse dans les Yvelines, Nathalie Kosciusko-Morizet en Essonne, Rachida Dati à Paris, Rama Yade dans les Hauts-de-Seine… Et pourquoi pas la députée Chantal Brunel en Seine-et-Marne ? «On parle d’un tandem Jégo-Brunel, pourquoi pas un tandem Brunel-Jégo», annonce-t-il, sûr de son effet. Dans les Hauts-de-Seine, le tandem Yade-Karoutchi aurait alors sa préférence, cela va de soi.
Yves Jégo veut ainsi surprendre en prenant son adversaire à contre-pied. «En lançant prématurément ses comités de soutien, Roger Karoutchi a occulté le débat des idées», indique-t-il, bien décider à montrer qu’il est toujours dans la course. «Je voudrais que la campagne ne s’ouvre pas trop tôt sur l’aspect le plus désagréable, les querelles de personnes, mais qu’on privilégie le débat d’idées», explique-t-il.
   
La carte orange à 30 euros
   

Des idées ? Beaucoup d’idées, même, qui sont «le produit de vingt ans de vie politique francilienne» et sur lesquelles il voudrait «faire porter le débat des régionales» . Le secrétaire d’État consacre ainsi la pause estivale à la rédaction d’un livre dans lequel il exposera ses propositions pour la région capitale. Parmi ces idées, révélées au Figaro, la création d’une rocade de chemin de fer qui relierait les villes situées à une heure de Paris et la mise en place d’une carte orange à 30 euros par mois pour tous. Jégo remet également au goût du jour un projet des années Chirac : la construction de voies souterraines transversales sous Paris. Mais le cœur de son programme concerne la Seine et ses affluents. «Il faut ramener l’Ile-de-France au bord de l’eau», assure ce maire dont la ville est située au confluent de la Seine et de l’Yonne. Économiquement, en faisant du fleuve un axe d’activité relié au monde par les ports du Havre et d’Anvers. Culturellement, en rendant aux Franciliens l’accès aux berges pour leurs loisirs.
Alors que les rumeurs d’un report des régionales refont sur­face, Yves Jégo a son idée : pourquoi ne pas rapprocher la date des régionales (mars 2010) de celle des cantonales (mars 2011) et regrouper ces deux scrutins «à mi-parcours», en septembre 2010.
   
Source : Lefigaro.fr
Jean-Baptiste Garat – Le 11 août 2008