Sevran : « Un nouveau centre de tri sélectif pour 350000 habitants »

de | 2008-09-30

Sevran : Un nouveau centre de tri de collectes sélectives est actuellement en phase de test à Sevran.

Il devrait atteindre sa vitesse de croisière dans quelques semaines. Déjà, des camions y déposent quelques déchets issus du tri collectif opéré sur onze communes, soit plus de 350 000 habitants de Seine-Saint-Denis.

«Si on se bat sur les questions d’environnement, il faut que chacun en prenne sa part, estime Stéphane Gatignon, le maire (PCF) de Sevran.

Quand le Grenelle de l’environnement n’est pas appliqué, il faut bien mettre les discours en pratique. » La ville s’est portée volontaire pour accueillir ce centre, dès avril 2003, par délibération du conseil municipal.

Au plus près des lieux de collectes

Cette volonté était une aubaine pour le Syctom, le syndicat intercommunal du traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne*. Une zone urbaine dense où les terrains disponibles sont rares et où la volonté politique pas toujours affichée. « L’implantation de ce centre est un plus pour les communes, indique-t-on au Syctom. Tout le monde a intérêt à ce que le maillage territorial se renforce. » Le financement du centre est ainsi assuré par les redevances des 85 communes adhérentes.

Installer ces centres au plus près des lieux de collectes permet de réduire les temps et coûts de transport, ainsi que l’émission des gaz à effet de serre. Les collectes qui partaient auparavant sur Romainville et un centre de tri privé sous contrat avec le Syctom seront désormais acheminées à Sevran pour y être triées.

Comparé aux autres installations et au volume de collectes triées (10 000 tonnes par an), le centre de Sevran est de petite dimension.
L’exploitation est confiée à Veolia, qui se charge du recrutement de la trentaine de salariés, avec une priorité donnée aux habitants du secteur. Pour inaugurer ce nouvel équipement, la ville a choisi d’organiser des portes ouvertes, à la fin du mois ou au début du mois de novembre, un mercredi et un samedi.

D’autres projets sont en cours de réalisation dans le département, à l’horizon 2013 : un centre de méthanisation (par fermentation) à Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil et un autre à Romainville. Trois autres centres sont en projet à Paris (XII e , XV e et XVII e arrondissements).
Autant de projets qui, selon le Syctom, devraient permettre de répondre aux besoins environnementaux en termes de traitement des déchets.

* Le Syctom couvre la capitale, 38 villes de Seine-Saint-Denis, 3 communes des Yvelines, 14 du Val-de-Marne et 30 villes des Hauts-de-Seine.
 

Source : Le Parisien – Carole Sterlé – Le 30 septembre 2008