Sevran : L’idée de la dépénalisation du cannabis passe mal

de | 2010-06-24

Sevran : L’idée de la dépénalisation du cannabis passe mal - image  on http://www.billelouadah.fr

Il l’a dit et répété ces derniers mois dans la presse : Stéphane
Gatignon
  veut un débat sur la  dépénalisation du cannabis. Le maire (Europe Ecologie) de Sevran a eu droit à l’oreille attentive des médias, peut-être de certains politiques…mais qu’en pensent les habitants de sa commune, régulièrement citée en référence pour le trafic de drogue en Ile-de-France ? L’idée de dépénaliser la consommation de cannabis fait s’étrangler certains acteurs.

C’est notamment le cas de Brahim Kechkeche. Ce père de famille a récemment démissionné du conseil d’administration de l’Agappes, association qui gère le CMPP (centre médico-psycho-pédagogique) du quartier des Beaudottes. Le président de cette association n’est autre que… Stéphane Gatignon. « Je ne comprends pas que vous puissiez être président d’une association qui dispense des actions psycho-péda-gogiques et éducatives, et ayant un lien avec la santé mentale d’une part et, d’autre part, que vous ayez pour idée la légalisation du cannabis, qui a des effets néfastes et nocifs pour la santé en général », explique dans un courrier Brahim Kechkeche, par ail- leurs président d’une association de parents d’élèves du collège Evariste-Galois.

Il n’est pas le seul dans la ville à réprouver cette idée de dépénalisation. « Ce discours décrédibilise les parents, regrette un père de famille de Cité-Basse. On dit à nos enfants : Ne touchez pas à la drogue, n’agressez pas, la violence ce n’est pas bien, et notre maire, lui, milite pour une dépénalisation pour des raisons de santé publique. On a mis plus de vingt ans à dégager la came (NDLR : l’héroïne), et là, elle risque de revenir. »

Ceux que l’idée d’une dépénalisation horrifie craignent des conséquences irrémédiables : moins chère, la drogue va se démocratiser et la dépendance s’accroître. « On va se retrouver avec quoi après ? De la cocaïne ? » La solution ? « Il faut réussir à impliquer les gens qui habitent le quartier, comme avant avec les grands frères. »

« L’objectif du maire, ce n’est pas de régler les problèmes de Sevran,mais de passer dans les médias », croit savoir une jeune femme qui a grandi et habite toujours à Sevran. Certains sont tout de même plus modérés, comme cet animateur : « La dépénalisation ne peut pas se faire seule, il faut l’accompagner d’actions de sensibilisation et de prévention par des professionnels, mais est-ce que notre société est prête pour ça, conservatrice comme elle est ? »

Source : Le Parisien – Carole Sterlé et Gwenael Bourdon – Le 24 juin 2010

NDLR : Vous pouvez consulter la réponse du Maire de Sevran dans l'édition du 24 Juin 2010 du Parisien.

 

4 réflexions au sujet de « Sevran : L’idée de la dépénalisation du cannabis passe mal »

  1. alain rabier

    Le laxisme n’est pas propice à la liberté. Au contraire, en niant l’idée d’autorité et de limites, il finit par être liberticide, en générant des excès qui, à terme, conduisent immanquablement à des sanctions plus lourdes.
    Même une drogue douce peut avoir des effets durs.

  2. Albert joe

    Le gros probleme est que les personne etant contre , regroupe le cannabis avec l’heroine et d’autre substence ilicite , alor que justement le cannabis n’en fait pas partie ,et d’apres beaucoup de spychologue , médecin , ect nous autorison la cigarette a 16 an , l’alcool a 18 an ! Et ces substance ne son considerer par personne comme drogue mai fait meme plus de ravage que le cannabis.Voila une chose ou les personne qui fond un scandale sur la dépénalisation du cannabis devrai alor etre aussi contre la vente d’alcool et de tabac!

  3. Alain RABIER

    En quoi la dépénalisation du cannabis peut-elle être une bonne mesure?

  4. Peyolt

    Voila 25ans que je fume quotidiennement,j’ai 46 ans aujourd’hui une vie sociale des plus banal,il n’a jamais ete prouve que de fumer un joint dessociabilise les gens,ni meme qu’ils passaient systematiquement a des drogues dur du fait de fumer la ganja,mais bon,soutenir en prime que il est dangereux de prendre le volant apres avoir fume!permettez moi d’en rire,je n’ai jamais eu d’accident!!!en 25 ans…Comparativement a l’alcool,c’est simple,pourquoi il n’existe pas de cure de sevrage pour la ganja,simplement parcqu’il n’y a aucune dependance physique!!! Maintenant,il est certain qu’il existe des gens en souffrance,qui risqueront d’aller plus loin…Constat entre alcool et ganja,lequel fait plus de degat?! L’alcool c’est certain,pourtant en vente libre dans notre pays!!!Ce qui me gave c’est la diabolisation que l’on en fait,mais par dessus tout la betise des gens qui n’ayant jamais fume se permettent de juger alors qu’ils n’y connaissent que dalle!!!DEPENALISATION,ta liberte s’arrete la ou commence la mienne!!!

Les commentaires sont fermés.