Sénatoriales Seine-Saint-Denis : Gilbert Roger à la tête d’une liste d’union PS – Europe Ecologie – PRG

de | 2010-12-03

Sénatoriales Seine-Saint-Denis : Gilbert Roger à la tête d’une liste d’union PS - Europe Ecologie - PRG - image  on http://www.billelouadah.fr L’entente Europe Ecologie – PS ne s’arrête pas aux cantonales : elle s’étend aux élections sénatoriales de septembre 2011, évoquées également hier à Pantin. Il s’agit d’un scrutin de liste, et, en Seine-Saint-Denis, les deux partis, avec le PRG, seront unis.
  
Les six sièges dévolus au département, détenus par Jack Ralite et Eliane Assassi (PC), Jacques Mahéas (PS), Dominique Voynet (Verts), Philippe Dallier et Christian Demuynck (UMP), sont renouvelables.

La liste d’union devrait être tirée par Gilbert Roger, maire PS de Bondy et conseiller général.
Le deuxième siège est réservé à une candidate (parité oblige) d’Europe Ecologie-les Verts; le troisième revient à Claude Dilain, maire de Clichy; la conseillère générale PS Evelyne Yonnet vient en 4e position, tandis que le 5e siège doit être attribué au candidat PRG Gérard Cosimi; le sixième sera réservé à une candidate de la diversité, élue à Aulnay, où l’on avance le nom de Khady Dieng, élue municipale de 32 ans.

Cette liste sera présentée au suffrage des militants du PS 93 ce jeudi. Pour la deuxième place dévolue à une élue écolo, le suspense reste entier : la sortante Dominique Voynet, maire de Montreuil, se représentera-t-elle, malgré la règle du non-cumul des mandats qui prévaut chez les écologistes?
 

Il faudra attendre la fin des discussions avec le PS au niveau national et la convention nationale des écologistes en février pour le savoir. Le PS en tout cas espère bien conquérir un nouveau siège, celui de Claude Dilain, au regard des dernières élections locales qui lui ont été particulièrement favorables dans le département.
 
Les sénateurs sont en effet élus au suffrage universel indirect par de grands électeurs : les conseillers municipaux et leurs délégués, les conseillers généraux, régionaux et les députés.

Source : Le Parisien – Le 30 novembre 2010