Seine-Saint-Denis : Le conseil général du 93 vote un budget en déséquilibre

de | 2010-04-08

Seine-Saint-Denis : Le conseil général du 93 vote un budget en déséquilibre - image  on http://www.billelouadah.fr Le président socialiste Claude Bartolone, compte ainsi protester contre l'Etat, qui ne respecte pas, selon lui, son obligation de compensation intégrale de certaines charges…
 
«Le budget de révolte est adopté!» Sur son Twitter, le socialiste Claude Bartolone s'est félicité ce jeudi soir d'avoir fait voter par le conseil général de Seine-Saint-Denis, qu'il préside, un budget en déséquilibre. Le socialiste compte ainsi protester contre l'attitude de l'Etat vis-à-vis de son obligation de compensation intégrale de certaines charges.
 
Le budget a été approuvé par 17 conseillers sur 40. Les dix conseillers de droite (UMP-Nouveau centre-DVD) ont voté contre. Le groupe communiste et citoyen s'est abstenu, à l'exception de Jean-Jacques Karman (PCF) qui a voté contre. Claude Bartolone a aussitôt reçu le soutien de l'ensemble des présidents de gauche de conseils généraux. «Les départements ne mourront pas en silence», ont-ils affirmé dans un communiqué.
 
Un «budget de révolte»
  
Le président socialiste estime que, depuis 2004, l'Etat doit au département 640 millions d'euros au titre des transferts de charges non compensées. Ce «budget de révolte» inscrit en recettes la somme de 75 millions d'euros pour l'année 2010 que le président du conseil général estime due par l'Etat au département, notamment au titre de la taxe professionnelle, du ticket modérateur et du RSA. Il sera examiné par le nouveau préfet de la Seine-Saint-Denis, Christian Lambert, puis par la chambre régionale des comptes.
  
En votant ce budget en déséquilibre, le conseil général risque de voir le département placé sous tutelle préfectorale, éventualité à laquelle Claude Bartolone «ne croit pas un seul instant».
 
L'UMP-NC demande la démission de Bartolone
  
Alors qu'une dizaine de conseillers généraux du groupe communiste et citoyen arboraient des T-shirts blancs proclamant «Sarkozy étrangle la Seine-Saint-Denis», Claude Bartolone a dénoncé une «stratégie implacable de mise à mort des collectivités et des élus locaux». Il a néanmoins défendu «un budget sérieux», qui inclut «35 millions d'économies sur un budget de fonctionnement de 1.579,72 millions d'euros et 90 millions d'euros d'économies sur un budget en investissement de 239,31 millions d'euros».
  
Le président du groupe UMP-NC, Ludovic Toro, a accusé Claude Bartolone de «prendre en otage, à des fins politiques, les finances départementales et donc l'avenir des Séquano-dyonisiens» et demandé sa démission.
  
Source : 20 minutes – B.D. avec agence – Le 8 avril 2010

Une réflexion au sujet de « Seine-Saint-Denis : Le conseil général du 93 vote un budget en déséquilibre »

  1. Alain RABIER

    Terrible décision, qui doit peser sur la conscience de Hervé Brami, l’élu communiste qui a ruiné le département… en spéculant avec l’argent des Séquano-dionysiens.
    Pour faire oublier les emprunts toxiques de son prédécesseur, Claude Bartolone tente de justifier le vote d’un budget déficitaire (déséquilibré veut bel et bien dire déficitaire) par le désengagement de l’état.
    La ficelle est un peu grosse. Peut-être pourra-t-il compter sur l’antenne locale de France 3 pour prêcher la bonne parole.
    A l’époque, il n’y avait eu aucun problème d’argent pour la financer.

Les commentaires sont fermés.