RSA : pour les radicaux, le compte est bon

de | 2008-08-28

   Le Parti Radical, par la voix de son Secrétaire Général, Laurent Hénart et de son Porte-parole, Serge Lepeltier, salue la décision de financer la généralisation du RSA par une ressource pérenne et stable prélevée sur les revenus du capital. En effet, le principal danger aurait été un « RSA au rabais », ce qui ne sera pas le cas. Le compte est bon.

   
Pour les radicaux, le RSA est fidèle à la feuille de route de la majorité puisqu’il s’agit de faire en sorte que le travail paye plus que l’inactivité. Ainsi, le RSA est une mesure profondément dynamique, un véritable tremplin vers l’activité, déjà expérimentée dans le cadre du Plan de Cohésion Sociale.

Elle s’inscrit donc dans le droit fil des réformes menées par Jean-Louis BORLOO, qu’il s’agisse de la lutte contre le surendettement des ménages en grande difficulté, du plan national de rénovation urbaine qui s’est attaqué à transformation des quartiers, du plan de cohésion sociale et de ses mesures pour le logement, l’emploi et l’insertion.

Les radicaux rappellent que le RSA est aussi un outil de simplification administrative dans la mesure où il remplace plusieurs dispositifs existants. On aura donc un système à la fois plus simple, plus sûr et plus efficace.

   Pour les radicaux, le RSA est l’exemple même de sujets sur lequel on peut construire une majorité de projets dépassant les clivages traditionnels. La preuve en est que cette proposition figurait à la fois dans le programme de la majorité et de l’opposition.