Roms : deux hommes d’Église dénoncent les expulsions

de | 2010-08-22

Roms : deux hommes d'Église dénoncent les expulsions - image  on http://www.billelouadah.fr Le père Arthur, qui officie dans le Nord, proteste contre la «situation déplorable» faite aux Roms en rendant sa médaille du Mérite. Crédits photo : AFP

Tandis que l'archevêque d'Aix-en-Provence fustige des discours sécuritaires «inacceptables», un prêtre lillois a décidé de rendre sa médaille du Mérite pour protester contre la «guerre» faite selon lui aux Roms.

Tous les deux usent de mots très forts. Deux hommes d'Église ont dénoncé dimanche, chacun de leur côté, le durcissement actuel de la politique du gouvernement à l'égard des Roms.

Témoin d'une expulsion jeudi, Mgr Christophe Dufour, archevêque d'Aix-en-Provence et d'Arles dans les Bouches-du-Rhône, appelle à respecter la «dignité» des personnes. Lors de sa visite jeudi dans un campement de Roms, il a assisté à l'arrivée d'«un important détachement de policiers». «Des caravanes ont été détruites, décrit-il dans un communiqué. Je ne mets pas en cause les forces de police qui obéissent aux ordres. Mais je demande le respect des personnes et de leur dignité, dans le cadre de la loi française

«Les discours sécuritaires qui peuvent laisser entendre qu'il y a des populations inférieures sont inacceptables, poursuit l'archevêque. Ces personnes, citoyens européens, vivent pour la plupart paisiblement ici, un certain nombre depuis de longues années.»

«C'est une guerre que cette communauté subit»

De son côté le père Arthur Hervet, prêtre lillois engagé dans la défense des Roms, a décidé de rendre symboliquement sa médaille de l'Ordre national du Mérite, reçue il y a quatre ans. «J'ai trouvé à Lille une situation déplorable pour les Roms et leurs enfants», a-t-il déclaré dimanche, à la sortie de la messe. «J'ai essayé, comme dit l'Abbé Pierre, de les aimer et de les aider», en achetant des tentes, de la nourriture et des vêtements, a expliqué le prêtre assomptionniste de 71 ans. Mais «depuis trois mois», ajoute-t-il, «c'est une guerre que cette communauté subit».

«Je ne sais plus quoi faire », a déploré le père Arthur, qui s'en est pris violemment au chef de l'État devant des journalistes. «Il ne me restait plus qu'une dernière balle : la décoration de Chevalier de l'Ordre national du Mérite (…) Vu la politique qui est actuellement menée par le gouvernement, je ne peux pas la garder», a-t-il conclu.
 
Source : Le Figaro – Le 22 août 2010