Remaniement : Jean-Marie Bockel pense que l’ouverture « reste d’actualité »

de | 2010-09-18

Remaniement : Jean-Marie Bockel pense que l'ouverture
 Jean-Marie Bockel, Jacques Chaussat et Daniel Jacob à l'Université d'été 2010 du Parti Radical
 
Paris – Le secrétaire d'Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, patron de la Gauche moderne, petit parti associé à l'UMP, estime dans un entretien à paraître samedi dans le Figaro que l'ouverture "reste d'actualité" à l'approche du remaniement préparé par l'Elysée.

"Depuis les régionales, une nouvelle phase conduit le président à rassembler son camp autour de certains fondamentaux dans la perspective du premier tour de 2012. Mais pour gagner le second tour, nous devrons être rejoints par des électeurs venant du centre et de gauche", déclare Jean-Marie Bockel.

"Pour cet électorat, la Gauche moderne est un signal, un marqueur : on peut être de gauche, ne pas se renier, et se retrouver avec la droite et le centre autour d'un programme auquel on aura contribué. C'est pourquoi notre présence au gouvernement reste d'actualité", dit-il.

Interrogé sur l'hypothèse d'un remplacement de François Fillon par Jean-Louis Borloo à Matignon, Jean-Marie Bockel affirme que son mouvement "se sent proche" de ministre de l'Ecologie, de ce qu'il "symbolise et incarne".

"Par son expérience, par sa réussite en tant que maire de Valenciennes, par sa ténacité dans des dossiers aussi délicats que celui du Grenelle de l'environnement, par sa sensibilité radicale, par sa stature d'homme d'État acquise au fil des années, Jean-Louis Borloo a toutes qualités et capacités pour exercer une responsabilité de premier plan", insiste-t-il.

Source : AFP – Le 18 septembre 2010