Régionales Ile-de-France – Seine-Saint-Denis : Dans le 93, « ils ont nettoyé les listes au Kärcher »

de | 2010-02-04

Régionales Ile-de-France - Seine-Saint-Denis : Dans le 93, Tête de liste changée au dernier moment, candidats écartés… En Seine-Saint-Denis, la composition de la liste UMP pour les régionales s'est faite dans la douleur.

 
"Ils ont nettoyé les listes au Karcher."

L'intitulé du communiqué de presse de Madi Seydi
, porte-parole des jeunes UMP, en dit long sur l'imbroglio de la liste UMP en Seine-Saint-Denis pour les régionales.

 
Pourtant annoncée depuis novembre, la tête de liste du 93, Patrick Toulmet, vient d'être rétrogradée à la 3e place au profit de Bruno Beschizza, secrétaire général du syndicat de police Synergie (deuxième syndicat d'officiers de police).

 
Evoquée dès novembre – mais démentie à LEXPRESS.fr par l'intéressé - la candidature du syndicaliste était annoncée le vendredi 29 janvier "en position éligible". On l'avait aperçu, un peu plus tôt, tracter à la gare d'Epinay-sur-Seine, en compagnie de Valérie Pécresse.

 
Quelques heures plus tard, Bruno Beschizza devient tête de liste départementale de la majorité dans le département, remplaçant le président de la chambre des métiers. Sa candidature symboliserait l'accent mis sur la sécurité dans la campagne UMP. Un changement de dernière minute qui montre à nouveau la difficulté de la majorité à
clore ses listes.

  
Ce parachutage a particulièrement agacé le député maire de Raincy, Eric Raoult, qui tient depuis des années la fédération UMP de Seine-Saint-Denis. Il dit avoir "l'impression d'être trompé", d'être "humilié, comme responsable départemental" car ce parachutage serait, s'après lui, "prévu de très longue date". Lui-même avait fait acte de candidature pour diriger la liste de ce département. Sans succès auprès de Valérie Pécresse.

  
Le rapporteur de la mission parlementaire sur le voile intégral n'est pas le seul à ronger son frein. Madi Seydi fait part, lundi 1er février, de sa rétrogadation de la 6e place à la 28e sur la liste . Selon elle, sa chute serait le fait d'Eric Raoult. Elle se dit "la femme à abattre" pour avoir soutenu Valérie Pécresse face à Roger Karoutchi lors de la primaire UMP pour désigner le chef de file régional en Île-de-France. Le maire de Raincy, lui, soutenait Karoutchi, dont il était le porte-parole.

  

Interrogé sur la question, Eric Raoult dit qu'elle "n'a jamais été candidate au titre de notre fédération". Son entourage ajoute que le maire de Raincy ne parle plus à la tête de liste régionale depuis plusieurs semaines, il n'aurait donc aucune influence sur la composition de la liste de Seine-Saint-Denis.

  

Chez les alliés de l'UMP, en revanche, on s'estime satisfait de la physionomie de la liste. Député maire de Drancy, le Nouveau centre Jean-Christophe Lagarde, dont la femme, Aude, conseillère régionale sortante, est n°2 derrière Bruno Beschizza, confie à LEXPRESS.fr que la désignation du policier comme tête de la liste UMP n'est "pas un mauvais choix".

   
"Issu de la société civile, le policier, fils de maçon élevé à Montreuil, est un modèle d'intégration réussie", estime l'élu. Qui explique le choix de Valérie Pécresse: "Soit elle faisait la même liste que Jean-François Copé en 2004, avec le résultat que l'on sait, soit elle avait des listes plus ouvertes. C'est ce qu'elle a fait."
  
Source : L'express.fr – Delphine Dièyvre – Le 2 février 2010