Régionales Ile-de-France 2010 : « Les militants partagés sur la liste UMP »

de | 2010-02-08

Régionales Ile-de-France 2010 :    
    Après chaque intervention de Valérie Pécresse, la salle applaudit sagement. Samedi après-midi, à Montfermeil, la tête de liste UMP en Ile-de-France pour les régionales n’a pas rencontré beaucoup de résistance lors de son meeting qui a réuni environ deux cents personnes. Le public était en effet largement acquis à sa cause. 
   

Mais si la ministre de l’Enseignement supérieur fait l’unanimité parmi les militants, c’est loin d’être le cas de Bruno Beschizza, la tête de liste en Seine-Saint-Denis, qui est aussi secrétaire général du syndicat de police Synergie (deuxième syndicat d’officiers de police).
 
Hervé milite depuis trente-cinq ans dans le département. Il l’affirme haut et fort : pour la première fois, il n’ira pas tracter sur les marchés. « Cette liste est une honte, lâche-t-il sans détour. Personne ne connaît Beschizza. Quant à Toulmet, c’est un parachuté qui était élu à Sarcelles. Faut-il que la direction de l’UMP ait si peu confiance dans les militants locaux pour aller chercher ses candidats ailleurs ? »
  
Anne, aussi, est déçue. « Changer de tête de liste à un mois et demi de l’élection (NDLR : Beschizza a remplacé Patrick Toulmet, rétrogradé à la 3e place, il y a dix jours), c’est du grand n’importe quoi, fulmine-t-elle. Pour preuve, les nouveaux tracts n’ont pas encore été fabriqués. Toute cette cuisine fatigue les militants. D’ailleurs, pour remplir la salle, ils ont fait venir une partie du public en car. »
  
Signe du malaise, deux poids lourds étaient absents lors du meeting. Eric Raoult, président de la fédération UMP du 93, qui avait fustigé la liste en dénonçant les parachutages, était « excusé », et Roger Karoutchi, candidat malheureux aux primaires, était absent également. « J’irai tracter mais sans enthousiasme, ni conviction, indique une femme dans le public. J’aurais préféré une tête de liste départementale au moins connu de la base. »
  
Heureusement pour les cadres du parti, tout le monde n’est pas aussi véhément. « Bruno Beschizza est un policier, il connaît donc bien les réalités du terrain, ce qui est un avantage pour nous défendre à la région, analyse ce militant. Et le fait qu’il ne soit pas encarté prouve l’ouverture du parti. » « Et même si on ne le connaît pas bien, l’important est de faire gagner Valérie Pécresse, insiste une militante de longue date. Elle ne ménage pas ses efforts et on sent bien qu’elle veut et qu’elle peut gagner. »
  
Hier, à Paris, les listes des candidats majorité présidentielle ont été rendues publiques par Valérie Pécresse. Pour le 93, 28 noms (sur les 29 nécessaires) ont été communiqués. Derrière Bruno Beschizza, Aude Lagarde et Patrick Toulmet se présenteront Martine Valleton, l’ancien maire (UMP) de Villepinte, Claude Pernès, le maire (NC) de Rosny-sous-Bois, Georgia Vincent, élue UMP à Bondy, Kamel Hamza, élu UMP à la Courneuve, Isabelle Deleu, la suppléante du sénateur UMP Christian Demuynck et Dominique Bailly, le maire de Vaujours présenté avec l’étiquette Nouveau Centre. Au total, la liste est composée de 14 UMP, six NC, 1 membre du parti radical, un autre du Modem et quatre « sans étiquette », dont la tête de liste.
 
Source : Le Parisien – Sébastien Thomas – Le 8 février 2010