Recours Municipales : L’élection du maire d’Aulnay menacée d’annulation

de | 2008-09-25

Recours Municipales : L’élection du maire d’Aulnay menacée d’annulation - image leparisien250908_4 on http://www.billelouadah.fr

Un des recours formés par l’opposition contre Gérard Ségura (PS) a été retenu.
La décision des juges est attendue d’ici une dizaine de jours.

 

   Le socialiste Gérard Ségura est toujours maire d’Aulnay-sous-Bois. Ce n’est peut-être pas un luxe de le rappeler, tant la rumeur est allée bon train hier dans les rues de la ville, certains allant même jusqu’à donner la date de nouvelles élections. Pour l’heure, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise n’a pas tranché et rien ne dit qu’il suivra la proposition faite par le commissaire du gouvernement.

Lors de l’audience d’hier matin, ce dernier a souhaité l’annulation des élections municipales de mars dernier. Les juges doivent rendre leur décision dans un délai d’une dizaine de jours.

Plusieurs recours avaient été formés après le scrutin, qui a vu la ville basculer à gauche, après vingt-cinq ans de droite. Hier, le tribunal s’est penché sur les deux demandes formulées par les candidats du MoDem et ceux de l’UMP.

Du côté du parti centriste, la tête de liste Abderrezzak Bezzaouya avait dénoncé de supposées pressions exercées sur les électeurs lors du premier tour, ainsi que l’agression dont avait fait l’objet l’un de ses colistiers. Le député UMP Gérard Gaudron, ancien maire de la ville, a présenté hier une longue liste de griefs, portant aussi bien sur les comptes de campagne de son adversaire socialiste que sur le déroulement des élections. Le commissaire du gouvernement n’a retenu qu’un incident susceptible selon lui d’avoir faussé le scrutin. Il s’agit d’affiches collées par des mains anonymes dans la nuit précédant le second tour devant quelques bureaux de vote. Les affiches en question contestaient de manière allusive la probité de Gérard Gaudron, et ont été aperçues par les électeurs qui se sont rendus aux urnes dès l’ouverture des bureaux.

« Les éléments mettant en cause mon honnêteté ont été écartés »

Plutôt satisfait, mais prudent, Gérard Gaudron confiait hier attendre « avec impatience » le jugement. « C’est bien que le commissaire du gouvernement ait reconnu le climat lourd dans lequel ont eu lieu ces élections. »

   Gérard Gaudron avait dû faire face aux révélations de la presse au sujet des indemnités Assedic qu’il avait continué à percevoir après avoir été élu député. « Le commissaire du gouvernement a écarté tous les éléments mettant en cause mon honnêteté personnelle. Je ne peux croire qu’on annule une élection pour des affichettes dont je ne suis absolument pas responsable », souligne de son côté Gérard Ségura. Le maire socialiste s’en remet « à la sagesse des juges ». «Et en attendant, on va continuer à gérer la ville», indique-t-il.

Source : Le Parisien – Gwenael Bourdon – Le 25 septembre 2008