Pour Alain Lambert (UMP), Nicolas Sarkozy entraîne la droite «dans l’abîme»

de | 2010-04-03

Pour Alain Lambert (UMP), Nicolas Sarkozy entraîne la droite «dans l'abîme» - image  on http://www.billelouadah.fr Le sénateur UMP Alain Lambert estime que Nicolas Sarkozy n'est pas en situation de faire gagner la majorité en 2012. 
 
Dans une tribune sur le site internet de la chaîne Public Sénat, l'ex-ministre du Budget dénonce «des méthodes que Nicolas Sarkozy croit bonnes depuis 3 ans» et qui, selon Lambert, «entraînent la droite tout droit dans l'abîme».

Il appelle les ténors de l'UMP, tels que Juppé, Raffarin, Villepin et Fillon, à se rencontrer pour «envisager toutes éventualités» dans «l'intérêt supérieur du pays».

«Si le président de la République n'est pas seul en cause dans l'échec des régionales, il l'est pour une partie non négligeable.
Et il a eu le grand tort de ne pas le reconnaître avec humilité devant les Français», écrit le sénateur de l'Orne dans sa tribune intitulée «l'antisarkozysme se nourrit de l'esprit de cour !»

Se disant accusé par les médias «d'antisarkozysme primaire», Alain Lambert affirme s'être tu jusqu'à la fin des élections régionales afin de ne pas pénaliser son camp.
«Et quel ne fut pas mon émoi quand a commencé le concert des hypocrites, dès le lendemain du scrutin, pour dire qu'il restait notre sauveur à tous et qu'il fallait surtout nous rassembler tous derrière lui, l'irremplaçable candidat pour 2012», observe-t-il 

Le sénateur estime qu'il est «nécessaire que ceux qui sont capables d'assumer cette fonction se préparent à prendre la relève s'il vient à dévisser complètement».  

Et d'ajouter sans détour:
«Mon avis est qu'aujourd'hui, il (Nicolas Sarkozy) n'est pas en situation de faire gagner nos idées en 2012 (…) Alors, à quoi sert-il de le lui faire croire?
Sinon à le faire persister dans ses méthodes qu'il croit bonnes depuis trois ans et qui nous entraînent tout droit dans l'abîme».
  
D'autres élus de la majorité se sont récemment montrés très critiques envers Nicolas Sarkozy.

Thierry Mariani, candidat malheureux à la présidence de région PACA, a réagi vivement, mercredi dernier, en boycottant l'invitation lancée par le chef de l'Etat aux députés de la majorité à l'Elysée. «Quand on est pris pour un con, il faut savoir terminer les choses», avait-il déclaré.
 
Source : Le Parisien avec AFP – Le 2 avril 2010