Philippe Dallier (apparenté UMP) : « il faut arrêter de raconter des histoires aux Français… »

de | 2010-03-16

Philippe Dallier (apparenté UMP) : Philippe Dallier, sénateur apparenté UMP de Seine-Saint-Denis, a estimé qu'"il fallait arrêter de raconter des histoires aux Français" et "tout mettre sur la table" après le revers de l'UMP aux régionales. "La question de fond, c’est pourquoi notre électorat ne s’est pas déplacé. Il n’est pas particulièrement satisfait. Il faut tout mettre sur la table. Plus globalement, il y a une interrogation sur la manière de gérer les affaires", a déclaré lundi le sénateur à Public Sénat. Il a émis des réserves sur l'ouverture estimant qu'"il ne faut pas en abuser" car "ça perturbe une partie de notre électorat".

"L’ouverture pour l’ouverture, c’est vu comme un gadget par notre électorat. On ne sait pas à quoi ça sert. Il y a un problème de forme et de fond. On observe un problème de lisibilité de la politique conduite", a dit ce proche de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Pour lui, "la politique conduite en matière économique a besoin d’être clarifiée". "Entre le Nicolas Sarkozy libéral à ses premières heures et le Nicolas Sarkozy très interventionniste après la crise, ça peut perturber notre électorat", a-t-il analysé. "Le succès du Sarkozy de 2007, c’est qu’il a su s’adresser à tout le monde. En prônant la rupture, il était beaucoup plus facile d’attirer à soi les électeurs. Mais à l’épreuve du pouvoir les choses sont beaucoup plus compliquées" a-t-il poursuivi.
     

Le sénateur de la Seine-Saint-Denis, Phillipe Dallier, apparenté UMP, n'a pas hésité à parler, sur i-Télé ce mardi matin, de "vote sanction". "Tout l'appareil de l'UMP doit s'interroger", a-t-il encore ajouté, avant d'argumenter : "En matière de sécurité, répéter sans cesse que les statistiques sont meilleures quand les Français ont le sentiment que ce n'est pas le cas, c'est contre-productif.
  
Enfin, pour le sénateur, la majorité est dans "une phase de négation des problèmes". "C'est un peu 'tout va très bien Madame la marquise'. Notre électorat ne le supporte plus. Il est temps que l'UMP en prenne conscience", a-t-il insisté.
 
Source : AFP – Le 16 mars 2010