Parti radical : « Peut-on bâillonner Marianne ??? »

de | 2012-01-23

Parti radical : La force du Parti radical, continuation légale du Parti républicain, radical et radical-socialiste de 1901, est le fait d’avoir toujours su afficher et cultiver, en son sein, une pluralité de sensibilités, d’opinions et surtout de libres expressions.

Il est vrai que notre perception et notre vision des choses tranchent "radicalement" avec l’attitude de certaines formations politiques où « le petit doigt sur la couture du pantalon » a tout sens.

Ainsi, nous appelons communément la culture radicale : "notre libre expression de penser" !

Celle-ci, notre trésor, repose sur un fort socle de valeurs républicaines et permet échanges, critique et autocritique dans le respect, la loyauté et la dignité des personnes.

Aujourd’hui, le choix du candidat à l’élection présidentielle en est l’illustration.

La diversité de choix affichée par les Fédérations départementales PR de France et par les responsables et élus radicaux en témoignent.

Cela est d’autant plus vrai que l’évolution idéologique droitière de l’UMP ne pouvait nous amener qu’à déclarer notre indépendance à l’égard du parti présidentiel.

Ce n’est donc une surprise pour personne si Aulnay Radical, blog militant sequano dyonisien, qui est ma libre expression radicale, partage et soutient la démarche de la Fédérations du Parti radical de Haute-Savoie (74).

Je profite également de cette note pour saluer le courage politique de son président départemental, Jean-Luc Arcade, qui sera candidat dans la 3ème circonscription de Haute-Savoie dont le député sortant est l’UMP Martial Saddier.

Au même rang, dans d’autres régions, on peut citer de nombreux radicaux comme notamment Claude Vivier, vice-présidente du Parti radical icaunais, déterminée à porter les idées radicales, face à Marie-Louise Fort, députée sortante UMP de l’Yonne.

Et bien entendu, sans oublier, la plus populaire d’entre nous, Rama Yade, vice-présidente du Parti radical, qui défendra nos valeurs radicales dans les Hauts-de-Seine face l’UMP Manuel Aeschlimann, député sortant. 

Enfin, pour dresser un tableau fidèle et sincère de notre réalité militante, on ne pourra s’empêcher avec regret, dans un souci d’honnêteté, d’évoquer ces élus et responsables radicaux "marginaux" effrayés par les menaces umpistes.

Ceux-là même qui détiennent la vérité et qui manifestent leur opposition à des candidatures radicales autres que les leurs !!!

Ils se complaisent ainsi pour leur plus grand bonheur au statu quo qui empêche tout renouveau politique !!!

Hélas, pour eux, c’est oublier ce souffle de liberté, de résistance de la base militante et la culture radicale qui animent notre mouvement…

Au Parti radical, on n’est ainsi donc pas prêt de bâillonner notre très chère Marianne…

Billel Ouadah

2 réflexions au sujet de « Parti radical : « Peut-on bâillonner Marianne ??? » »

  1. Mandarine Mecanique

    10 ans pour comprendre que l’UMP resterait le RPR…
    C’est un peu long…
    Allez, les gars, larguez les amarres!

Les commentaires sont fermés.