Le Parti radical mise sur les législatives

de | 2012-01-16

Le Parti radical mise sur les législatives - image  on http://www.billelouadah.frLe parti de Jean-Louis Borloo réaffirme son indépendance vis-à-vis de l'UMP en présentant des candidatures autonomes aux législatives. Dans l'Yonne, Claude Vivier (Parti radical) se lance dans la circonscription de Sens-Joigny tenue par Marie-Louise Fort (UMP).

Ils ont fait le deuil de la candidature de Jean-Louis Borloo et préparent activement l'après-présidentielle. Réunis samedi à Tonnerre, à l'occasion de leur assemblée générale, les radicaux valoisiens icaunais se mobilisent en vue des élections législatives, leur grande échéance de 2012.

« Sur le plan national, le Parti radical devrait présenter environ 200 candidats. La commission d'investiture est commune avec l'Alliance (NDLR : l'ARES cofondée par le Parti radical et le Nouveau Centre) », a indiqué le président de la fédération Emmanuel Dezellus.

Dans l'Yonne, l'Alliance a désormais deux candidats déclarés : Patrick Gendraud (NC) dans la deuxième circonscription (Avallon-Tonnerre) et Claude Vivier, vice- présidente du PR icaunais, déterminée à porter les idées de son parti, face à Marie-Louise Fort, députée sortante UMP dans la troisième.

« Nos vues ne sont pas opposées, elles sont différentes », a commenté la conseillère municipale de Sens. Quid de la circonscription d'Auxerre ? « Rien n'est encore décidé mais il y aura un candidat de l'Alliance dans chaque circonscription », a annoncé Emmanuel Dezellus. Le PR souhaite créer avec ses partenaires de l'Alliance un groupe de travail sur la problématique du logement, leur priorité au niveau départemental.

Peser dans le débat

Concernant la présidentielle, le PR fera connaître son positionnement à l'issue de son congrès national début mars. D'ici là, les Valoisiens comptent bien peser sur le débat, même s'ils n'ont pas de candidat. « Notre parti fait par l'intermédiaire de Jean-Louis Borloo du forcing pour faire passer des lois qui sont pour nous fondamentales : la taxe sur les transactions financières et le retrait du décret Guéant sur les étudiants étrangers », a rappelé l'élu tonnerrois.

Source : lyonne.fr – Patricia Piquet – Le 16 janvier 2012