La mort de Youssef Chahine

de | 2008-07-27

La mort de Youssef Chahine - image 20080727afp on http://www.billelouadah.fr   
   


   
   
   
 
   
   
 

  Le dernier monstre sacré des cinéastes égyptiens s’est éteint à l’âge de 82 ans.

"Mort de Youssef Chahine". C’est par des bandeaux diffusés à la télévision égyptienne que la nouvelle a été communiquée, dimanche matin. Son ancien disciple, le réalisateur Khaled Youssef, a confirmé l’information. Youssef Chahine est mort dimanche à l’âge de 82 ans. Il avait récemment  été hospitalisé à Paris, à la suite d’une hémorragie cérébrale survenue en Egypte et qui l’a plongé dans le coma le 16 juin.

Plus célébré à l’étranger qu’il ne l’était dans son pays, Youssef Chahine avait obtenu en 1997 le prix du cinquantième anniversaire du festival de Cannes pour l’ensemble de son oeuvre, après un Ours d’argent au festival de Berlin.

Revivez cet instant en vidéo :

   

 
Eduqué en français et en anglais, il part étudier à 21 ans le cinéma à Pasadena, en Californie, et reviendra sur son destin dans un cinéma égyptien alors phare du monde arabe.
"Il voulait être acteur, mais s’est aperçu qu’il bégayait un peu et n’était pas si beau, alors il s’est dit : je vais jouer à travers d’autres", a raconté Omar Charif, star mondiale découverte par Youssef Chahine.

Pauvreté, combat ouvrier et lutte d’indépendance, il s’empare de tout le registre du cinéma engagé des années 50 et 60 pour faire passer des messages politiques dans le genre du mélodrame néo-réaliste.
Quelques titres se distinguent, comme "Eaux noires" (1956), avec Omar Charif, "Gare centrale" (1958), où il interprète un mendiant, et la Terre (1969), chef-d’oeuvre poétique et politique consacré au monde paysan.

Sans renoncer aux sagas politiques, Chahine se lance dans le roman filmé de sa jeunesse avec "Alexandrie, pourquoi?" (1978, prix spécial du jury à Berlin l’année suivante), "La mémoire" (1982), "Alexandrie encore et toujours" (1989), qui formeront sa trilogie autobiographique.
Alors que l’islamisme se répand, Youssef Chahine s’insurge, lui qui connut dans son enfance une Egypte tolérante, multi-ethnique, où les chrétiens, comme il l’est, et aussi les juifs vivaient en harmonie avec les musulmans. "Lémigré" (1994), inspiré de la vie du patriarche biblique Joseph, et "Le destin" (1997), de celle du philosophe arabe Averroès, lui valent la colère et la censure des intégristes égyptiens.

Survient le 11 septembre 2001, qui inspira à Chahine un court-métrage controversé, dans un film collectif, suivi en 2004 d’un autre film pour dire son désamour de l’Amérique.
Critique évidente du régime autocratique en Egypte, son dernier film, "Le chaos", co-signé avec Khaled Youssef en 2007, ne remporta pas le succès qu’il escomptait en Egypte, ni à l’étranger.
 
Source : AFP – Le Figaro.fr