La Courneuve : Inquiétude après la chute d’une grue

de | 2008-08-03

La Courneuve : Inquiétude après la chute d’une grue - image leparisien01082008_2 on http://www.billelouadah.fr     L’engin de 200 t en action sur le chantier du tram est tombé dans la nuit de mercredi à jeudi, sans faire de blessés. Une défaillance alarmante.
   

   La nationale 186 devrait être rendue aux automobilistes et piétons ce matin. Mais hier, le spectacle n’a pas manqué d’attirer les curieux et d’alimenter les conversations à La Courneuve. Une grue, couchée sur le flanc gauche, sur les voies du tramway et l’avenue Jean-Jaurès, ça ne passe pas inaperçu. L’engin de 200 t est tombé dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 3 heures du matin, éventrant au passage un entrepôt de l’autre côté de la rue.
   
La grue était en pleine manoeuvre sur le chantier de rénovation des voies du tramway T1. Elle a été déséquilibrée en soulevant une plaque de béton de 18 t. L’accident n’a fait aucun blessé, un périmètre de sécurité étant en place autour du chantier.
   
Une enquête ouverte
 
Il a fallu toute la journée pour dégager l’avenue. Le bras hydraulique a été découpé, et deux autres grues devaient intervenir cette nuit pour soulever la carcasse. Les automobilistes circulant dans le sens La Courneuve-Bobigny ont été déviés. Dans le sens inverse, une voie est restée ouverte. Quant au tram, il ne roulait plus sur ce tronçon depuis le début des travaux, le 15 juillet, remplacé par des bus. La RATP, maître d’oeuvre, assure que l’accident ne retardera pas le chantier qui doit s’achever le 23 août.
Une enquête de police devra faire la lumière sur les circonstances de cet accident rarissime. « Il peut s’agir d’une mauvaise stabilisation de la grue, estime Bruno, un professionnel des chantiers, en voyant l’engin retourné. Pour cela, on utilise des fers, plus ou moins épais en fonction de la charge à soulever. Si les fers sont trop petits, la charge est mal répartie. » Mais les enquêteurs devront, pour reconstituer les faits, remonter la chaîne de la sous-traitance. La RATP avait en effet confié le chantier à l’entreprise Colas Rails, dans le cadre d’un contrat de quatre ans. Colas Rails avait elle-même délégué les travaux à un sous-traitant. Ce dernier travaillait avec du matériel et des engins loués. La préfecture indique cependant que toutes les procédures préalables ont été respectées et que l’entreprise avait présenté des certificats de conformité pour l’ensemble de ses grues.
   
Source : Le Parisien
– Gwenael Bourdon et Carole Sterlé – Le 01/08/2008