Jean-Louis Borloo prêt pour la campagne

de | 2011-03-07
Jean-Louis Borloo prêt pour la campagne - image  on http://www.billelouadah.fr
L’ancien ministre se dit prêt à passer "deux cents nuits à l’hôtel" en 2012


Après bientôt quatre mois d’"élégance" et de quasi-abstinence médiatique, voici venu pour Jean-Louis Borloo le temps de l’éloquence. Qu’on ne compte pas pour autant sur lui pour critiquer un gouvernement auquel il n’appartient plus, ni de la séquence difficile que traverse le premier des ministres, son ancien rival. "Je n’ai rien dit pendant quatre mois. Ce n’est pas pour commencer maintenant", lâche-t-il dans un grand sourire qui montre pourtant sa jubilation.

S’il commence à rompre le silence, c’est pour distiller ses propositions qui trouveront écho, espèret- il en 2012. Il a dit réfléchir à l’extension de l’ISF aux oeuvres d’art, à la création d’un "impôt universel" sur le revenu et le patrimoine, élargi aux expatriés. Demain, il parlera rénovation urbaine dans le quartier du Neuhof, à Strasbourg. Mercredi, il exposera sa proposition de création d’une haute autorité de la laïcité, une sorte de « commission Stasi permanente», sa réponse à un débat lancé par l’UMP qu’il est selon lui urgent d’arrêter. Ce même mercredi, les centristes bientôt rassemblés sous son impulsion en confédération doivent, c’est leur premier acte politique commun, déposer un amendement, pour supprimer la déchéance de la nationalité du projet de loi immigration, au grand dam de l’Elysée. "En même temps, j’ai fait propre, j’ai prévenu", assure l’ancien ministre de l’Écologie, qui persiste et signe : "Cette nouvelle famille politique devra présenter un projet pour toutes les échéances, de la Mairie de Paris à la présidentielle."

"Je suis un diesel mais, après, on ne m’arrête plus"

Enfin, l’ancien maire de Valenciennes pourrait clore cette dense semaine par une apparition dans un journal télévisé dimanche prochain. Plutôt à 13 heures qu’à 20 heures. Ce n’est pas encore le temps des annonces. La mécanique Borloo semble enclenchée. "Je suis un diesel mais, après, on ne m’arrête plus", souligne-t-il. Il nous révèle qu’il a confié le projet pour 2012 à sa nouvelle recrue Rama Yade. « Elle est remarquable», souffle-t-il, notant au passage qu’il la trouve "apaisée" depuis qu’elle a rejoint les centristes. Celui qui dit "n’avoir jamais eu un moral pareil" s’annonce aussi en vedette du dernier A vous de juger version Chabot, le 7 avril. En attendant une éventuelle candidature, il note que François Bayrou tout comme Nicolas Hulot ont beaucoup à perdre en s’engageant dans la course pour 2012. Quant à Marine Le Pen, elle n’est selon lui que le produit d’une offre trop restreinte. "Augmentez l’offre et vous allez réduire les marges!", affirmet- il, en totale contradiction avec le message martelé lundi encore par Nicolas Sarkozy devant des députés. Borloo est prêt, dit-il, à passer "deux cents nuits à l’hôtel", le temps d’une campagne.

Source : Le Journal du Dimanche (JDD) – Soazig Quéméner – Le 6 mars 2011