Jean-Louis Borloo lance sa « nouvelle offre politique »

de | 2011-05-15

Jean-Louis Borloo lance sa

« Oui, il y a à compter d'aujourd'hui une nouvelle offre politique française », a lancé hier Jean-Louis Borloo à la tribune du congrès extraordinaire du Parti radical. Mais il faudra encore attendre l'été voire la rentrée pour savoir si l'ancien mairede Valenciennes porteraen personne cette « offre » dans la présidentielle 2012.

 

Jean-Louis Borloo lance sa

La candidature, c'était le quatrième point rajouté hier matin à la « déclaration d'intention » proposée l'après-midi au vote des congressistes.

Avec un score soviétique de 93 % contre 4 % contre et 2 % d'abstention, les radicaux ont dit quatre fois oui : oui aux orientations du « manifeste radical », oui à la future « alliance républicaine écologiste et sociale » déjà approuvée dimanche dernier par le Nouveau Centre oui « dès à présent » à l'indépendance du Parti radical à l'égard de l'UMP et enfin oui à une candidature Borloo en 2012 !

À l'applaudimètre, le président du parti radical a pu mesurer l'attente de candidature chez les siens, de Valenciennes jusqu'à Bastia, avec cette banderole « i radicali corsi pe Borloo » (les radicaux corses pour Borloo) qui dominait toutes les autres dans la salle du congrès !

Il faudra cependant à tous ces impatients encore attendre comme des strauss-kahniens.

« J'ai bien entendu le message, mais laissez-moi simplement réfléchir encore un peu », les a implorés Jean- Louis Borloo, « car ce sont des choses graves, des responsabilités importantes qui n'engagent pas que moi, qui engagent tellement d'autres gens. Mais j'y réfléchis vraiment ». On sent l'ancien numéro deux du gouvernement Fillon soucieux de pratiquer la rupture en douceur avec Nicolas Sarkozy.

« C'est une déclaration d'indépendance, pas une déclaration de guerre », disait-il hier matin dans Le Figaro , un journal pas choisi au hasard pour faire passer le message à l'électorat de l'UMP !

Hier après-midi, Jean-Louis Borloo a ajouté : « Ne comptez pas sur moi pour renier les neuf années de gouvernement, j'assume la solidarité gouvernementale de cette époque-là, comme nous assumons la majorité et ce qui a été fait de nécessaire pour le pays. » Pour l'homme du Grenelle, ce n'est pas lui qui change de cap, mais cette UMP hier rassembleuse de toutes les sensibilités de la droite et du centre et qui à l'approche de 2012 est redevenue unijambiste… « On a su choisir et trancher », disait hier Jean-Louis Borloo à propos de cette déclaration d'indépendance à l'égard de l'UMP.

Il lui reste maintenant le plus difficile, « choisir et trancher » pour lui-même dans les mois qui viennent. « Il ne ferait pas tout cela s'il n'avait pas l'intention d'y aller », répond Yves Jégo à ceux qui doutent de la résolution de Jean-Louis Borloo.

Jean-Noël Verfaillie, jeune secrétaire de la fédération radicale du Nord, ne doute pas non plus de le voir porter l'année prochaine la « nouvelle offre » qu'il a lancée hier. « Il faut faire de notre alliance un vrai parti de masse. On a besoin pour cela d'une candidature Borloo. » Et le plus tôt sera le mieux dans l'esprit des militants radicaux ! 

Source : La Voix du Nord – Hervé Favre – Le 15 mai 2011