Présidentielle – « Jean-Louis Borloo 2012 : ça ne fait plus guère de doute ! »

de | 2011-05-16

Alors qu’on ne parle que des graves accusations portées contre Dominique Strauss-Kahn qui bouleversent le calendrier du Parti socialiste, n’oublions pas que d’autres hommes politiques français préparent leur candidature. C’est le cas de Jean-Louis Borloo, dont la candidature se profile petit à petit…

Outre la finale de la Coupe de France, l’échec français à l’Eurovision ou l’arrestation de DSK, un évènement important se déroulait ce weekend : durant le 111e congrès du Parti radical, les militants ont voté leur indépendance par rapport à l’UMP à 93%. Ainsi, la création d’une confédération des centres qui réunirait le Parti radical, la Gauche moderne et le Nouveau Centre se précise. Seul le MoDem de François Bayrou manque – pour l’instant ? – à l’appel dans cette confédération qui présentera quoiqu’il arrive un candidat aux prochaines élections présidentielles de 2012.

Et ce candidat, ce sera très certainement le « mutin » Jean-Louis Borloo, à l’origine de l’indépendance et de l’unification des centres. Réunissant des noms comme Jean-Marie Bockel, Hervé de Charette ou encore Hervé Morin, cette confédération centriste commence à faire peur à la majorité qui sait bien les dégâts qu’elle pourrait faire sur le candidat UMP (vraisemblablement Nicolas Sarkozy). La candidature de Borloo n’est pas encore fixée, mais elle commence à se préciser.

L’intéressé a promis aux centristes réunis au congrès de « continuer à y réfléchir » et de donner « une réponse entre l’été et l’automne. » Rien de nouveau, il faut donc aller chercher du côté des autres cadres de la formation politique pour trouver des déclarations plus affirmées. Ainsi, Laurent Hénart, le numéro deux du Parti radical, ne se cache pas : « Jean-Louis, tu dois aller jusqu’au bout. Et quand tu te décideras… ou plutôt quand tu annonceras ta décision, nous serons là. » Idem pour Hervé de Charette et Jean-Marie Bockel : « nous sommes derrière toi », lui ont-ils assuré. Et Rama Yade de s’amuser : « il a besoin de réfléchir. Mais de réfléchir à quoi? »

Paradoxalement, les problèmes que rencontre DSK vont peut-être favoriser la candidature de Jean-Louis Borloo. En effet, pour de nombreux radicaux, Strauss-Kahn était le candidat socialiste le plus proche des idées centristes. Ainsi, si sa candidature est définitivement écartée, « le PS va revirer à gauche et une candidature de Jean-Louis incarnera encore mieux une alternative modérée et humaniste », selon un militant cité par Le Parisien. Idée reprise également reprise par Dominique Paillé, qui estime qu’ « une situation nouvelle est créée par cette affaire qui ouvre un espace politique au centre. »

 Surtout que le leader du Parti radical a été acclamé par les militants qui l’ont accueilli sous des « Borloo président ! Borloo président !  » Forcément, ça motive, et c’est plus difficile d’annoncer une éventuelle non-candidature…

Source : PlaneteCampus.com – Raphael Hudry – Le 16 mai 2011