Ile de France : la région les rend fous

de | 2008-08-08

Ile de France : la région les rend fous - image leparisien08082008_2 on http://www.billelouadah.fr Roger Karoutchi (à gauche), officiellement candidat et qui inonde les ordinateurs de ses petits camarades de communiqués. Et Yves Jégo, candidat lui aussi mais, qu’on se le dise, surtout pas en campagne. (LP/D. Goldszrehn)-(LP/Jean-Baptiste Quentin)

   
   Les élections régionales, c’est pour mars 2010. Mais à l’UMP, certains sont déjà en ordre de marche. Deux ministres sont candidats, sept autres pourraient l’être. Le président sortant socialiste, Jean-Paul Huchon, fait mine de rester zen.
   
Mais qu’est-ce qu’ils ont tous, à l’UMP, avec la région Ile-de-France ? Bien sûr, officiellement, les élections régionales ne sont pas à l’ordre du jour. Pensez donc : c’est pour mars 2010 ! « Spéculations », « pronostics hâtifs », « trop tôt pour en parler », « on verra le moment venu… » disent-ils.
Personne n’en parle, donc. Sauf Roger Karoutchi, officiellement candidat et qui inonde les ordinateurs de ses petits camarades de communiqués. Et Yves Jégo, candidat lui aussi mais, qu’on se le dise, surtout pas en campagne. Entre les deux rivaux, tous deux ministres, l’ambiance est à couteaux tirés. Les autres ? Ils ne disent rien, mais n’en pensent pas moins. Il paraît même que le mercredi, discrètement, certains profitent du Conseil des ministres pour chuchoter quelques mots sur le sujet.
    

« La campagne officieuse commencera en septembre »
   
Il faut dire que, dans les noms qui circulent, il y a ceux d’une demi-douzaine de ministres : Valérie Pécresse, Rachida Dati, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christine Lagarde, Roselyne Bachelot, Eric Besson. Candidat malheureux en 2004, Jean-François Copé n’a peut-être pas dit son dernier mot. Selon un cadre de l’UMP, les discussions sérieuses doivent débuter fin août « pour lancer la campagne officieuse qui commencera en septembre ». Les 35 000 militants de la région doivent choisir celui ou celle qui conduira les listes d’Ile-de-France en mars 2009. Mais « ceux qui ne se seront pas déclarés en interne dès septembre auront du mal à revenir dans la course », confie ce même responsable.
   
   Pour l’UMP, l’enjeu est loin d’être anecdotique. Le parti majoritaire veut reconquérir une région dirigée depuis dix ans par le socialiste Jean-Paul Huchon, première étape dans la future bataille pour la mairie de Paris en 2014.
Mais ceux qui fournissent clés en main la liste définitive, comme si les jeux étaient faits, oublient deux choses : d’abord, il n’y aura pas une liste régionale mais huit listes départementales, en vertu du mode de scrutin. Ensuite, à un moment ou à un autre, Nicolas Sarkozy viendra bien mettre son grain de sel…
 
Source : Le Parisien – Azzeddine Ahmed-Chaouch et Béatrice Houchard