Hommage à Marcel Ruby, fondateur de la Société d’Histoire du Radicalisme

de | 2011-06-16
Hommage à Marcel Ruby, fondateur de la Société d'Histoire du Radicalisme - image  on http://www.billelouadah.fr C’est avec une profonde tristesse que je viens d'apprendre la disparition de Marcel Ruby, décédé le 8 juin dernier au matin à Paris.

J'avais eu l'occasion de le rencontrer il y a quelques années dans le cadre de mes travaux de recherche en Master 2 d'Histoire contemporaine ("L'héritage du radicalisme dans la vie politique côte-d'orienne de 1945 à 1972").

Je garderai longtemps le souvenir d'un homme d'une grande érudition, généreux et humaniste, très à l'écoute, dont les récits faisaient de nouveau vivre les plus belles heures du radicalisme dont ils avaient été un contemporain.

Ancien Grand Résistant, blessé au combat, il savait faire revivre avec passion les actes héroïques de la Résistance.

Agrégé d’Histoire, Docteur d’Etat es-lettres, il avait fondé la Société d'Histoire du Radicalisme dont il avait été l'actif Président pendant plus de trente ans, contribuant ainsi par des conférences et des colloques à une meilleure compréhension du fait radical tout au long du XXe siècle, à travers de nombreux aspects et dans de nombreuses régions françaises.

Homme de conviction, radical de toujours,  il avait exercé de multiples fonctions tant fédérales que nationales et continuait d'apporter, jusqu'à une période récente,  son regard sage mais d'une incomparable modernité au sein de la Commission Culture du Parti Radical.

Il était incontestablement LA mémoire du Parti Radical. Il apportait la preuve qu'un nouvel humanisme en ce début de XXIe siècle était possible, que la recherche d'une société plus humaine et plus juste n'était pas une utopie, que l'attitude d'un homme en définissait l'altitude.

Avec la disparition de Marcel Ruby, le radicalisme perd l'un de ses plus fins connaisseurs, sans doute l'une de ses plus belles pages.

Puissent les jeunes générations ne jamais oublier l'héritage considérable tant sur le plan des valeurs que sur celui de la recherche historique (il avait écrit de nombreux ouvrages) qu'il nous laisse et poursuivre l'important travail qu'il avait engagé !

J'adresse enfin mes condoléances à sa famille, à son épouse Paule et à ses enfants.

Yannick Hoppe