Grogne aux urgences de l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois

de | 2009-09-23

Grogne aux urgences de l’hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois - image  on http://www.billelouadah.fr

  Hier, le personnel des urgences du centre hospitalier d’Aulnay était… en arrêt maladie.
 
Pas pour cause de grippe, mais parce que la colère gronde parmi les infirmières, les brancardiers et les aides-soignants.
  
Tous se plaignent d’être en sous-effectif depuis des mois. Ils dénoncent également un problème de sécurité et le grand nombre de patients « stockés » aux urgences en attente d’une chambre dans les autres services de l’hôpital.

Pour Jean-Michel Toulouse, le directeur de l’établissement, « la plupart de leurs revendications sont justifiées ».
  
Les urgences d’Aulnay, parmi les plus importantes d’Ile-de-France, traitent près de 70 000 patients par an. Mais l’hôpital, comme beaucoup d’autres dans la région, peine à recruter des infirmières.
 
« 2 500 postes d’infirmières sont vacants en Ile-de-France »
 

 
Sur ce point, Jean-Michel Toulouse rappelle que « 2 500 postes d’infirmières sont vacants en Ile-de-France ». Rien qu’aux urgences de son hôpital, il manque cinq infirmières, que le directeur espère recruter en décembre, « à la sortie de l’école ».

Entre-temps, il compte faire appel aux 450 infirmières de l’établissement pour effectuer des heures supplémentaires, soulignant que « seul un quart des effectifs fait des heures sup actuellement ». A défaut, il aura recours à l’intérim.

Concernant la sécurité, Jean-Michel Toulouse préférerait s’appuyer sur le personnel de l’hôpital mais envisage de faire appel à une société extérieure, bien que le recours à des vigiles professionnels « donne un certain visage aux urgences qui ne me plaît pas ».
  
   La direction de l’hôpital reçoit le personnel des urgences cet après-midi. S’ils ne sont pas satisfaits, infirmières, aides-soignants et brancardiers se disent prêts à reprendre le mouvement.

Source : Le Parisien – Grégory Plesse – Le 23 septembre 2009