Grenelle II : Borloo appelle à dépasser les clivages

de | 2010-05-05

Grenelle II : Borloo appelle à dépasser les clivages - image  on http://www.billelouadah.fr Le ministre de l'écologie a appellé, mardi, les députés au consensus sur le projet de loi Grenelle II. "Cela rehausserait l'ensemble des formations politiques de soutenir ce texte", a déclaré Jean-Louis Borloo. "Il n'y pas de monde absolument parfait. Mon rêve à moi, c'était que l'écologie dépasse la petite querelle politicienne ou partisane. C'est ce qu'on a réussi pendant deux ans" depuis la concertation du Grenelle de l'environnement à l'automne 2008, a-t-il expliqué.

"On était vraiment hors du champ politicien. Est-ce que entre deux élections les réflexes politiques vont se poursuivre je ne sais pas (…) Est-ce qu'il y aura un consensus ? Je le souhaite", a-t-il dit. "Il faudra bien réfléchir parce que dans quelques années, il y aura ceux qui ont soutenu cette rupture historique française [et les autres]. D'un retard considérable on est en train de devenir les leaders européens sur ces sujets-là", a-t-il estimé.
 
VOTE ÉCOLOGISTE EN SUSPENS
   
Un discours auquel n'a pas été sensible le député de Gironde Noël Mamère (Verts), qui ne décolère pas contre le projet de loi Grenelle II. Ça aurait pu être un projet de loi important, malheureusement il a été vidé de son contenu. On peut considérer aujourd'hui que le Grenelle c'est une sorte d'astre mort", a-t-il ajouté. "Si je vote pour, ça veut dire que le gouvernement nous aura entendus, et si le gouvernement est capable de s'imposer à une majorité rétive, qui est en pleine guerre contre les écolos pour des raisons uniquement électoralistes, alors nous aiderons le gouvernement à lutter contre les siens", a ironisé M. Mamère.
 
Daniel Cohn-Bendit, le leader d'Europe Ecologie, ne partage pas cet avis. "Je ne suis pas tout à fait d'accord avec les députés Verts et certains qui refusent en bloc maintenant le Grenelle II", a-t-il déclaré sur RMC, appelant à "être plus lucide dans le débat". "Je trouve qu'il faudrait voir mesure par mesure parce que je crois qu'il y a des mesures justes". "Ce n'est pas parce qu'un gouvernement de Sarkozy dit 'il fait beau' et qu'effectivement il fait beau, que je dois dire il pleut. C'est trop simple la politique comme ça", a-t-il dit. Selon lui, "aujourd'hui Sarkozy paie les bêtises qu'il a dites sur l'environnement ces derniers mois".
   
Du côté des socialistes,
Jean-Marc Ayrault a prévenu que les députés PS voteront contre. "C'est un mauvais texte, on est partis pour voter contre puisque la plupart de nos amendements ont été rejetés", a déclaré le chef de file des députés PS sur i-TELE. "Nous avions voté le Grenelle I parce que c'était les grandes orientations d'une politique de l'environnement ambitieuse", mais après, "il y a eu une sorte de sorte de revirement, de retour en arrière", a-t-il déploré. "Le Grenelle II c'est l'abandon de l'ambition. On le voit sur les pesticides, on le voit sur les camions, sur la taxe carbone, sur les éoliennes", a-t-il affirmé. Les sénateurs PS et PCF ont déjà voté contre le texte en octobre dernier lors de son passage devant le Sénat.
  
Source : Le Monde – Le 5 mai 2010