Fracture municipale à Aulnay-sous-Bois : « Les Verts quittent la majorité ségurienne… »

de | 2010-04-09

Fracture municipale à Aulnay-sous-Bois :     Après un long exposé dénonçant un divorce sur les valeurs et le non respect des engagements électoraux pris en mars 2008 avec les aulnaysiens, Alain Amédro, adjoint au maire et tout nouveau vice-président du Conseil Régional d’Ile-de-France, a annoncé que les élus Verts du Conseil Municipal ne voteraient pas le budget !

  

Aussi, très éprouvé au cours de ces deux dernières années par l’autoritarisme du maire socialiste Gérard Ségura, Alain Amédro a ajouté que les Verts avaient décidé, à l’unanimité, de démissionner de leur mandat !!!

   

En réponse à cette démission collective des Verts, il est à observer chez Gérard Ségura une certaine forme de cynisme soulignant un "cousinage d’appréciation" entre les Verts et le groupe UMP – Parti Radical.

Pour la famille radicale aulnaysienne, nous restons très attachés à nos valeurs républicaines et à nos convictions et nous ne pouvons là que saluer la démarche éthique des élus Verts.

  

   Enfin, avec arrogance, Gérard Ségura, grand spécialiste du jeu de bonto, au cours d’une intervention interminable, a pointé la responsabilité des Verts dans cette rupture d’unité et a développé qu’en ne votant pas le budget, les Verts sortaient en conséquence de la majorité…

  

PS : Coup de cœur pour l’intelligible intervention de Philipe Gente qui aura su incontestablement marquer des points auprès de son nouveau mentor. Il en est de même pour Bruno Defait qui a manifesté, au nom du groupe PS-PRG, un soutien indéfectible… La bataille pour les délégations est désormais ouverte…


Source : Aulnay Radical – BO – Le 8 avril 2010

2 réflexions au sujet de « Fracture municipale à Aulnay-sous-Bois : « Les Verts quittent la majorité ségurienne… » »

  1. Alain RABIER

    Décision à la fois courageuse et surprenante qui ne doit cependant pas détourner le Parti Radical de l’essentiel, à savoir l’élaboration d’un programme cohérent et en phase avec les attentes des Aulnaysiens.
    Peut-être faut-il retenir deux points cruciaux. Le premier est l’enfermement de Gérard Ségura dans un leadership radical, entouré de soldats dévoués mais aux compétences parfois contestables. Le maire semble se contenter de ses qualités naturelles de meneur, mais comme il est hélas trop convaincu de la supériorité de ses idées et pris par le temps, cela conduit à une absence de dialogue. Bref, à trop vouloir en dire,on finit par ne plus écouter.
    L’opposition municipale ne doit surtout pas se doter d’un leader s’inspirant de ce style monopolistique.
    Le deuxième point est l’évidente centralité de la politique du logement à l’échelle municipale.
    Le logement, c’est plus qu’un appartement ou une maison. C’est surtout un choix de vie. Maire ou pas, on ne peut jouer avec le cadre de vie de ses administrés.

  2. jean latouche

    Je suis comme saint thomas, je crois que ce que je vois!

Les commentaires sont fermés.