« Fleurs et légumes poussent au milieu des barres » par Marjorie Corcier / Le Parisien

de | 2008-06-24

    52 jardins familiaux ont été inaugurés samedi 21 juin 2008 à la Rose-des-Vents où les habitants se sont pris de passion pour le binage et l’arrosage.
   
   Pieds de tomate, tournesols, fleurs de courgette et autres petits pois. Binage et arrosage sont en train de devenir les nouveaux violons d’Ingres des locataires de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois. Samedi, la municipalité et le Logement francilien (le bailleur) ont inauguré 52 parcelles de jardins familiaux entre les deux barres fraîchement rénovées du Zéphyr.
L’initiative audacieuse – d’un coût de 141 986 € – s’inscrit dans le cadre du renouvellement urbain de la cité. Une véritable révolution dans ce secteur de la cité auparavant délaissé et jonché de gravats.
A 59 ans, Hammou Sibar fait ses débuts dans le jardinage sur la parcelle de sa fille Sabah. « Cela faisait des années que j’essayais de trouver un jardin mais c’était impossible », confie cet agent hospitalier, père de neuf enfants. En attendant d’avoir de la menthe pour faire du thé et des fèves pour le tagine, Hammou a déjà récolté une laitue et quelques fraises. « J’ai démarré les plantations au mois d’avril, c’est un peu tard. Mais l’an prochain, inch Allah, tout sera plus beau », soupire le Marocain.

« J’ai ramené des plants de cive et de piment des Antilles »

Pour lui, comme pour son voisin de parcelle Bouchaib Motabir, c’est avant tout « le plaisir » qui compte. « Cela change beaucoup de choses dans la famille. Je travaille à Roissy de 5 heures à 13 heures puis je vais chercher les enfants à l’école et ils descendent me rejoindre au jardin quand ils ont fini leurs devoirs », s’émerveille le papa qui cultive aussi la main verte de ses trois fillettes. Déjà, chacun s’échange bons conseils, plants et outils. « On se connaît mieux, on partage nos légumes et on se fait davantage confiance », observe Hammou, dans la cité depuis bientôt trente ans.
En jolie robe et coiffe antillaises, Michelle Roche, 52 ans, met du coeur à l’ouvrage avec ses deux filles et sa petite-fille de 5 ans. « J’ai ramené des plants de cive des Antilles et du piment bonda man jack, le plus explosif ! » souligne la jardinière. « Avoir un jardin, c’est super-génial, cela fait sortir les enfants de la télé et de la console de jeux ! » applaudit Michelle.
A peine inaugurés, les carrés de nature, réservés en priorité aux résidants des barres environnantes, affichent déjà complet. C’est Aïssa Sago, présidente de l’association les Jardins du Zéphyr et également directrice des Femmes relais du quartier, qui assure la gestion de ce nouvel espace.
« L’objectif, c’est de créer un lieu de solidarité où toutes les origines se retrouvent. C’est amusant de voir des mamans turques et africaines discuter autour des jardins. Tant que les habitants seront impliqués, le lieu pourra évoluer et pourquoi pas s’étendre ailleurs dans la cité », espère la présidente.
   
Source : Le Parisien – Le 23 juin 2008 – Marjorie Corcier