Economie : « La méthode Bayrou pour redresser l’économie française »

de | 2012-01-15

Economie :
Le candidat centriste, depuis longtemps alarmiste sur la dette, s'est dit, hier, en mesure de relancer la production hexagonale, et surtout de combler les déficits d'ici 2016

« Une journée exceptionnelle dans un contexte exceptionnel ». C'est avec ces mots que François Bayrou a ouvert, samedi à Paris, son premier « forum » thématique, dédié au « redressement de la France », qui s'inscrit dans le cadre de son « agenda 2012-2020 ». Un rendez-vous des plus opportun, alors que la France venait juste de perdre son triple A.

Le leader centriste n'avait, lui, pas cessé d'alerter de longue date sur la crise de la dette. Hier encore, devant une centaine d'intervenants, (économistes, chefs d'entreprises, figures du sérail politique), l'homme, qui semble à nouveau fédérer autour de lui, est longuement revenu sur « le produire en France », sillon qu'il creuse depuis son entrée en campagne -et créneau visiblement gagnant au vu de sa percée rapide dans l'opinion. « Il nous faut relancer la production sans utiliser les armes classiques de la dépense publique », a expliqué, hier, le vice-président du Modem Robert Rochefort.

Tandis que l'ex-ministre convié Francis Mer, juge, lui, la perte du triple A comme « une excellente nouvelle nous mettant au pied du mur ». « Il faut retrouver la production, mère de toutes les batailles », a ainsi lancé le candidat centriste à la tribune. Retrouver à l'horizon 2020 « une France qui sache innover, produire et vendre », avec, dès l'automne 2012, une loi-cadre « sur le réarmement productif de la France ». Vaste programme, qui ne s'attarde toutefois guère sur les disparités majeures du coût du travail dans le monde, mais promet de mettre l'accent sur le haut de gamme.

Parmi les outils, le développement d'un label « produit en France », qui ne serait, en rien, le symptôme d'une tentation protectionniste. « N'écoutez pas les menteurs, on ne refermera pas nos frontières et si cela devait se faire, ce serait un drame », a plaidé le Béarnais qui veut un « Etat stratège », « un commissariat aux stratégies », rappelant, même s'il s'en défend, les planifications d'antan. Aucune relance ne fera, insiste-t-il, sans refonte du dialogue social, sans mettre fin à « la guerre froide sociale dans les relations entre les entreprises et leurs salariés ». Et François Bayrou de souhaiter que leurs représentants « siègent avec droit de vote au conseil d'administration des entreprises » de plus de 500 salariés.

Sur la réduction des dépenses publiques, son leitmotiv, le « troisième homme » de 2007 a redit sa volonté d'augmenter de deux points la TVA, encore très sceptique sur l'impact d'une TVA sociale sur le pouvoir d'achat. Lui entend notamment supprimer certaines niches fiscales, la défiscalisation des heures supplémentaires, et instaurer deux tranches d'impôts supplémentaires dont une à 50% pour les revenus excédant 20 000 euros mensuels. Et taxer, sous certaines conditions, le patrimoine à 0,5% : « une exigence de solidarité indispensable dans la période actuelle ».

François Bayrou ambitionne une remise en état rapide des comptes publics, et se donne « trois exercices budgétaires » pour « combler le déficit de 100 milliards », « par un plan sérieux et progressif ». « On me dira que trois ans, c'est irréaliste. Mais ce qui est irréaliste, c'est de croire que nous avons du temps devant nous », a-t-il argué. Et de croire, de vouloir,pour rendre possible ce redressement d'ici 2016, à la fin d' « une vie politique régressive et pénalisante », au-delà des clivages de ceux qu'il s'amuse à nommer « partis provisoirement principaux »… mais aussi l'amorce, indispensable d'une véritable « stratégie européenne ».

Bref, une entreprise de longue haleine. François Bayrou sait, lucide, ne pouvoir la construire seul…Et rêve, ragaillardi par les sondages, que les Français le placent au centre de cette « union nationale », plus que jamais revendiquée en ces temps d'instabilité.

Source : Les Echos – Caroline Derrien – Le 15 janvier 2012