DUGNY – LE BOURGET : La base militaire va fermer d’ici à 2011

de | 2008-08-01

DUGNY - LE BOURGET : La base militaire va fermer d’ici à 2011 - image leparisien31072008 on http://www.billelouadah.fr    On les connaît peu, et pourtant… Ils sont près de 200 militaires et une centaine de civils à travailler là, à cheval sur Dugny et Bonneuil-en-France (Val-d’Oise). Adossé à l’aéroport du Bourget, l’établissement d’aéronautique navale (EAN), qui s’étale sur 42 ha, doit fermer ses portes d’ici à 2011, restructuration des armées oblige.
« C’est une page d’histoire qui se tourne », regrette un jeune marin.

Cet immense terrain, qui héberge bureaux, logements, hangars et ateliers, est occupé par la marine et l’armée de l’air. « C’est ici qu’a été créé un terrain d’aviation en 1914 pour défendre Paris », explique le capitaine de frégate Alain Lesous. Lindbergh a atterri en 1927 sur le site. On dit que le roi d’Espagne, Juan Carlos, l’apprécie beaucoup.
Moins connu que Villacoublay (Yvelines), le site de Dugny a accueilli l’avion des membres de l’Arche de Zoé après leur extradition du Tchad, et celui de Domenech, qui voulait fuir les caméras après la défaite des Bleus à l’Euro… C’est aussi là qu’a été conditionnée l’aide humanitaire française à l’Asie après le tsunami. « Dès qu’il y a des opérations militaires, on reçoit le fret ici pour le conditionner et le livrer à Roissy », détaille le lieutenant-colonel Eric Chabaud, de l’armée de l’air. Les militaires qui partent en Afghanistan ou au Tchad transitent aussi par là. La marine assure l’intendance, avec une capacité de 354 lits et 400 couverts.

Un site très utilisé Depuis dix ans, plus aucun avion militaire ne stationne ici. On aperçoit pourtant quelques engins derrière les hangars. Ce sont ceux de la brigade de surveillance aérienne de la douane. La police utilise les vastes parkings de 10 000 m 2 pour faire passer les permis poids lourd, et les motards de la garde républicaine, basés à Dugny, s’y entraînent.
C’est là aussi que sont organisées les journées d’appel préparation Défense (JAPD) quatre fois par semaine.
   Tout ce petit monde devra partir au plus tard en 2011. La soixantaine de militaires de l’armée de l’air savent déjà qu’ils rejoindront leur base mère, à Creil (Oise). Les marins sont moins certains de leur affectation. A Houilles, seule base restant en Ile-de-France ? Dans l’Hexagone ou à l’étranger ? Ils doivent formuler des voeux. La question du personnel civil (chauffeurs, menuisiers, secrétaires…) employé par l’armée est plus épineuse. Une antenne mobile d’accompagnement doit ouvrir en septembre pour examiner les situations au cas par cas.

   
Source : LeParisien.fr – Carole Sterlé – Le 31 juillet 2008