Dominique de Villepin juge le débat sur l’identité nationale «absurde»

de | 2009-12-08

 

L'ancien premier ministre explique pourquoi ce débat est selon lui «piégé d'avance»

 

Le débat sur l'identité nationale lancé par le gouvernement est un débat «piégé», «absurde» et «autoritaire», estime l'ancien premier ministre Dominique de Villepin dans un entretien à l'association Jeune République, diffusé aujourd'hui sur le site internet de son club politique.

 

S'interrogeant tout d'abord sur l'opportunité de lancer un tel débat «à un moment où les peurs sont aiguisées» par la crise, Dominique de Villepin estime qu'il «ne peut pas être isolé du contexte dans lequel il est lancé et de la personne qui l'a lancé, le ministre de l'Identité nationale et de l'Immigration [Eric Besson, ndlr]».

  

«Cela suffit à mon sens à fausser le débat, à encoder l'idée que la question de l'identité nationale serait liée à la question de l'immigration», explique l'ancien diplomate, en ajoutant : «cela conduit donc à un débat piégé d'avance». L'organisation de ce débat «à quelques encablures des élections régionales lui donne une arrière-pensée, une connotation politicienne, qui n'est pas à la mesure de l'enjeu».

  

Sur les conditions d'organisation du débat, M. de Villepin estime que le fait qu'il ait «été conçu et prévu à travers les lieux officiels de la République, la préfecture, les sous-préfectures, (lui) paraît tellement absurde, tellement autoritaire dans sa construction et sa conception qu'(il) ne croit pas» qu'il puisse «mener à quoi que ce soit».

  
Source : Le Figaro avec AFP - Le 8 décembre 2009

Une réflexion au sujet de « Dominique de Villepin juge le débat sur l’identité nationale «absurde» »

  1. Alain RABIER

    A mon sens, il n’y a pas d’identité nationale mais des identités nationales.
    Je ne suis pas français comme mon voisin l’imagine, alors qui l’est plus que l’autre et surtout sur quels fondements objectifs?
    A part la francophonie, je pense que tout autre critère peut conduire à des dérapages dangereux.
    Absurde débat, profondément inutile, qui sent mauvais la franchouillardise du pilier de comptoir.

Les commentaires sont fermés.