Trois questions posées à Jacques Chaussat relatives au Conseil Municipal du 24 juin 2008

de | 2008-07-12

Trois questions posées à Jacques Chaussat relatives au Conseil Municipal du 24 juin 2008 - image jc_cg_5 on http://www.billelouadah.fr

       

  Le Conseil Municipal du 24 juin 2008 a révélé deux appréciations radicalement différentes sur la situation financière de notre ville d’Aulnay-sous-Bois.

Si il est vrai que l’on peut donner l’interprétation que l’on souhaite à des chiffres, la ficelle semble un peu grosse pour la nouvelle majorité de gauche.
En effet, ces chiffres et ratios financiers permettent de situer Aulnay comme l’une des villes les mieux gérées de sa catégorie.

   C’est pourquoi nous avons rencontré Jacques Chaussat qui nous a fait l’honneur de répondre à trois de nos questions afin de permettre à chacun de pouvoir disposer de toutes les informations utiles sur cette situation financière exposée en Conseil Municipal.

 
    I) Aulnay Radical (AR) : La nouvelle équipe de gauche a indiqué la bonne santé financière de la ville ; elle a cependant fait part de quelques préoccupations pour les futurs budgets qu’elle aura à construire. Quel est votre sentiment ?
   
Jacques Chaussat (JC) : « En effet, le compte administratif, comme je l’ai dit lors de la séance du Conseil Municipal, présente un très bon résultat :
+ 2,464 millions d’euros
   
Au-delà de ce constat, ce qui est intéressant de souligner c’est :
       1) Le faible taux d’endettement à 3,14% alors que pour les villes de la même dimension d’Aulnay-sous-Bois, le taux d’endettement est à 11,3 %.
       2) La capacité de désendettement est de 1 an, 7 mois et 13 jours pour Aulnay alors que pour les villes de la même strate, elle se situe à 5 ans, 8 mois et 1 jour.
       3) L’encours dette par habitant est à Aulnay de 449,68 euros, pour les villes de même dimension à 1195 euros.

Pour ce qui concerne les futures constructions budgétaires, j’ai indiqué au maire M. Ségura ainsi qu’à Mme Bovais-Liegeois que les possibilités financières offertes permettaient  des réalisations d’équipements dans de bonnes conditions.
Il va de soi que des choix doivent être opérés par la nouvelle majorité de gauche en fonction des réalités d’aujourd’hui.
Faire de la politique locale, c’est décider; c’est savoir prendre ses responsabilités. »
 

   II) AR : Les nouveaux élus de gauche ont qualifié la gestion de la majorité précédente de « gestion de bon père de famille » et de « gestion bourgeoise et d’héritier » qui « ne cherche pas à se sacrifier pour sa descendance » ?

JC : « Ces remarques prêtent à se sourire… En effet, on ne peut que se réjouir de ces bons ratios financiers qui soulignent la volonté de préserver, au contraire, les futures générations.
J’ajoute que cette confortable situation n’empêche pas les investissements patrimoniaux.
On peut s’interroger sur les motivations de ces remarques. Ne masquent-elles pas des difficultés à pouvoir mettre en œuvre les actions porteuses des promesses faites? »

   III) AR : Le maire a déclaré dans un premier temps que PSA Citroën devrait pouvoir exister jusqu’en 2011 dans la mesure où le plan sur les chaînes de montage mis en place atteindrait ses objectifs. Vous sembliez plus optimiste ?

JC : « Oui, comme je l’ai fait remarquer à M. Ségura, les propos qu’il a tenu au journal «Echos d’Ile de France» récemment allaient bien au-delà.
En effet, à la question « Etes-vous serein sur la pérennité du site ? »
Le maire répond : « La restructuration actuelle doit permettre d’envisager qu’il puisse exister dans les 8 à 10 prochaines années. »
Au-delà, nul ne sait, nul ne peut avoir de visibilité après 10 ans en matière économique.
Nous pouvons donc être rassurés. »
 
Source : Aulnay Radical

Une réflexion au sujet de « Trois questions posées à Jacques Chaussat relatives au Conseil Municipal du 24 juin 2008 »

  1. Arnaud

    Juste un commentaire qui va dans le sens de la remarque de Jacques Chaussat : se « sacrifier » pour sa descendance, n’est ce pas se priver de certaines choses, de mettre de côté pour pouvoir assurer l’avenir de nos descendants ?
    Est-ce que quelqu’un qui s’endette pour des loisirs ou autres, assure l’avenir de ses enfants ?
    La situation financière Aulnaysienne est telle que l’on peut se permettre quelques dérapages au niveau investissement. Pourquoi, pour certains élus de Gauche, faut-il forcément tout flamber pour assurer les frais de fonctionnement ? Pourquoi une ville qui aurait un faible taux d’endettement est forcément une ville mal gérée ?
    Mes félicitations Monsieur Chaussat pour toutes les années passées au service des Aulnaysiens, en espérant vous voir bientôt de retour aux commandes des finances de la ville…

Les commentaires sont fermés.