Compte rendu de la réunion publique sur le PLU du 22 janvier 2010 – Partie 1/2

de | 2010-01-26

8 associations, regroupées au sein d'un seul et même collectif pour la défense des zones pavillonnaires et la modification du PLU,  avaient donné rendez-vous le 22 Janvier à 20h30 à la salle Dumont. L'équipe d'Aulnay Radical était présente pour couvrir l'événement.

  • Un énorme succès et des riverains venus massivement

Le Plan Local d'Urbanisme et les nouvelles constructions sont des sujets très sensibles à Aulnay Sous Bois. Pour preuve, ce sont près de 170 personnes qui ont fait le déplacement pour écouter le point de vue des différentes associations, dans une salle qui ne prévoit guère plus de 100 personnes.

De nombreux élus locaux étaient également présent ce soir là. Dans la majorité municipale, on retrouvait Mme Bovais-Liégeois, Jean-Marc Bloch, Bruno Defait, Mme Sinoo, Philippe Gente, Martine Pellier et Alain Boulanger.

Du côté de l'opposition, Jacques Chaussat, Franck Cannarozzo et Daniel Jacob ont également fait le déplacement.

Notons toutefois l'absence du Maire Gérard Ségura, qui a déjà effectué quelques modifications significatives sur ce PLU,  et qui désire le réviser, tout en définissant des zones d'études pour "contrôler" les prochains projets immobiliers.

Ce sont principalement ces zones d'études et les modifications soutenues par le Maire (notamment la suppression du Coefficient d'Occupation des Sols) qui ont poussé les différentes associations à se réunir au sein d'un collectif.

Compte rendu de la réunion publique sur le PLU du 22 janvier 2010 - Partie 1/2 - image  on http://www.billelouadah.fr

  • Aulnay Environnement et la critique du PLU

M. Halifax présenta le point de vue de cette association qui existe depuis plus de 20 ans. Principale actrice dans la défense des zones pavillonnaires et soucieuse de l'écologie (pollution, espaces verts, transports en commun…), M. Halifax revint sur l'épisode de révision du PLU lancée sans préavis par Gérard Ségura, que l'association condamna avec fermeté. Après un recours gracieux et un avertissement au Tribunal Administratif, M. Halifax exprima son souhait de revenir sur la décision de suppression du Coefficient d'Occupation des Sols (COS), de densifier le centre-gare et d'inscrire la ville dans une intercommunalité avec Villepinte, Tremblay et Sevran.

  • L'association de sauvegarde de l'environnement de l'avenue Coullemont

M. Gandolfo, riverain de l'avenue Coullemont, présenta, en tant que président, cette association qui a pour unique but de préserver l'environnement de cette avenue. La vie de cette dernière avait brutalement basculé quand le PLU, voté en Janvier 2008, classa cette rue en zone UD (zone intermédiaire, mixte logements collectifs/pavillons). Un promoteur profita de l'occasion pour acheter cinq pavillons (qui seront détruits par la suite, alors que deux de ces pavillons étaient de caractère), afin de construire, à la place, un immeuble de logements de 60 mètres de long.

Après plusieurs péripéties, l'actuelle municipalité accepta un recul de 4 mètres par rapport à la voirie (afin de s'aligner avec le reste des autres pavillons). Cependant, les modifications apportées au PLU en Septembre 2009 par l'actuelle majorité municipale entraina la possible l'augmentation de la hauteur à 15 mètres (au lieu de 14 prévu dans le PLU initial) et l'augmentation de la bande de constructibilité (en prenant en compte les 4 mètres de recul) à 15 mètres (au lieu de 10).

Très acerbe contre le PLU voté sous la mandature précédente et très mécontent des modifications apportées par l'équipe actuelle, M. Gandolfo souhaite sauver ce qui peut l'être afin de minimiser les impacts du PLU dans son secteur, et préserver ainsi le cadre de vie des riverains de l'avenue Coullemont (respect des espaces de "respiration", limitation de la largeur de façade…). Un recours gracieux a été refusé par la Mairie. Un autre recours, au Tribunal Administratif, a été déposé par cette association, avec comme principal argument le fait que la procédure de modification du PLU est inappropriée (l"augmentation de 50% de la bande de constructibilité nécessiterait une enquête approfondie et seule une révision du PLU, procédure plus lourde, permettrait de modifier de la sorte la zone UD)

  • L'association de défense du cadre de vie des riverains de la rue Fernand Herbaut

Le projet immobilier controversé de la rue Fernand Herbaut et de l'impasse des Marronniers, suivi de près par Aulnay Radical, était présenté par Christian Picq, président de cette association. Après un rappel historique sur ce secteur (avec notamment la dégradation de la rue Fernand Herbaut dès la fin des années 70, photos à l'appui), M. Picq revint sur le projet de construction d'un immeuble de 5 étages, qui permettrait de relier deux autres immeubles déjà implantés. Soulignant l'étroitesse de la rue, la circulation importante (318 bus et environ 4500 voitures par jour) et l'ampleur de la barre d'habitations (102 mètres en comptant les 3 immeubles), Christian Picq regretta de ne pas être écouté par l'équipe municipale qui laisse ainsi cette rue à son triste sort.

Sous prétexte de la zone de centralité à laquelle appartient ce secteur, ainsi que le besoin de densifier le Centre-Gare, la rue Fernand Herbaut semble vouée à perdre l'ensemble de ses pavillons, attristant les riverains. Tristesse d'autant plus grande qu'un des pavillons voués à la destruction était de caractère (construction en meulière).

Malgré tout, cette association, menée par Christian Picq, souhaite continuer à se battre contre ce projet immobilier (souhaitant un projet moins imposant) et à proposer des axes d'amélioration afin de maintenir un cadre de vie acceptable pour les riverains.

Vous pouvez consulter ici un document complet sur la situation de la rue Fernand Herbaut

La deuxième partie se consacrera à la présentation des autres associations constituant ce collectif ainsi qu'au débat parfois houleux entre les habitants et les personnalités politiques locales sur le sujet.

Source : Aulnay Radical – Arnaud Kubacki – Le 26 janvier 2010