Centre : « L’opération charme de Jean-Louis Borloo »

de | 2011-04-17

Centre : L’ancien ministre de l’Ecologie demande à tous ses amis radicaux de «faire un rêve» pour 2012 

Le 7 avril, il annonçait son départ de l’UMP et, ce week-end, c’était opération charme auprès des radicaux de gauche (PRG)!
 
Hier matin, Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, est en effet venu flirter avec la formation présidée par Jean-Michel Baylet, qui l’avait invité « aux rencontres de l’identité républicaine ». Une bonne façon pour lui de répondre à ceux qui le soupçonnent d’étendre ses filets au centre pour le compte de Nicolas Sarkozy en 2012.

 
Arrivé à pied à la Maison de la chimie (Paris VIIe), Borloo a commencé par la flatterie, félicitant les radicaux pour le texte préparatoire à ces débats, leur demandant même l’autorisation de le mettre sur son site Internet.

Les radicaux de gauche n’ont rien décidé

Il a ensuite profité de l’occasion pour critiquer les débats sur l’identité nationale et la laïcité lancés par Nicolas Sarkozy et l’UMP, regrettant qu’on « invente des débats, qu’on imagine des quasi-guerres de religion ». Enfin, alors que la candidature de Nicolas Hulot pourrait mordre sur son espace, il a insisté : « L’écologie, un des piliers de la République, n’appartient à personne politiquement. »
 
Très largement applaudi, Borloo a demandé à ses « amis » radicaux de faire « un rêve » : « Celui que l’un d’entre nous incarne nos valeurs à la présidentielle ». Et l’opération a réussi puisque Baylet a insisté pour que les rencontres avec Borloo se poursuivent. Pour 2012, le PRG n’a encore rien décidé. « Les discussions sont actuellement difficiles avec les socialistes, a expliqué Baylet. Nous n’avons pas encore choisi si nous participerons à leurs primaires ou si nous aurons notre propre candidat ou… si nous soutiendrons un candidat de coalition du centre. »
 
Borloo est ensuite allé rejoindre les jeunes de son mouvement. A l’unanimité, la « nouvelle génération jeunes radicaux » s’est prononcée pour une sortie de l’UMP.
  
La prochaine étape décisive est mi-mai, lorsque le congrès du Parti radical actera lui aussi le divorce d’avec l’UMP. D’ici là, Borloo dit du bien de tout le monde : de Nicolas Hulot, de Dominique de Villepin, et même de Corinne Lepage, ancienne vice-présidente du MoDem fondatrice de Cap 21 : « Elle a été un très bon ministre de l’Environnement et c’est une grande juriste. »

Source : Le Parisien – Martine Chevalet et Rosalie Lucas – Le 17 avril 2011