Aulnay-sous-Bois : Ce symbole des émeutes va disparaître

de | 2008-11-18

Aulnay-sous-Bois : Ce symbole des émeutes va disparaître - image leparisien on http://www.billelouadah.fr

Trois ans après avoir été incendié, le garage Renault va être rasé et remplacé par des restaurants, un supermarché et des bureaux.

Aulnay, le 3 novembre 2005.
La concession Renault avait été incendiée durant les émeutes .
Le site sera transformé en zone de commerces et de restaurants. Une façade végétalisée sera érigée face au rond-point de l’Europe, remplacée ensuite par des bureaux. (LP/F.DUGIT ET DR.)

Trois ans après cette triste nuit du 2 au 3 novembre 2005, les bâtiments noircis et béants sont toujours là, à l’entrée d’Aulnay-sous-Bois. Victime d’un incendie en plein coeur des émeutes, l’ancienne concession Renault dresse ses ruines, à quelques mètres des immeubles de la cité de l’Europe. Cette cicatrice béante pourrait bientôt disparaître du paysage.

Une façade végétalisée

La municipalité vient de donner son feu vert au projet présenté par la foncière Fiminco, propriétaire du terrain. Après la démolition du bâti existant, une première tranche de travaux pourrait démarrer d’ici six mois. Le projet prévoit l’installation de quatre restaurants KFC, El Rancho, Tablapizza, la Taverne de Maître Kanter et d’une moyenne surface alimentaire bio, ainsi que quelques commerces d’appoint.
« Tous les baux sont signés », assure le directeur de Fiminco, Gérald Azancot, qui compte investir 10 millions d’euros dans ce projet. Les commerces pourraient ouvrir dans dix-huit mois.

Une deuxième phase d’aménagement doit permettre la construction d’un immeuble de bureaux de 2 200 m 2 en bordure du rond-point de l’Europe. En attendant cette réalisation, une façade végétalisée sera érigée face au carrefour. Les habitants et les salariés devront donc encore patienter quelques mois avant de pouvoir accéder à cette nouvelle zone d’activités. Car, pour permettre la construction, la ville doit procéder à une modification partielle de son plan local d’urbanisme (PLU), qui interdit l’installation de commerces sur ce terrain. C’est d’ailleurs sur ce point qu’avaient achoppé les discussions entre le promoteur et l’ancienne équipe municipale de l’UMP Gérard Gaudron.
Son successeur socialiste, Gérard Ségura, a fait le choix du compromis : « Un contentieux nous aurait fait perdre plusieurs années », estime-t-il. D’autant que la réhabilitation du terrain entre dans un projet plus global d’aménagement d’une nouvelle zone d’activités économiques dédiée au tertiaire, le long de la N 2.

Dans un souci de cohérence, l’architecte qui a dessiné le futur immeuble de bureaux devrait également plancher sur les autres édifices à construire autour du rond-point de l’Europe.

Source : Le Parisien – GB – Le 18 novembre 2008