Cantonales 2011 : « Face au Front National (FN), l’appel au vote républicain »

de | 2011-03-10

Cantonales 2011 : Plusieurs voix à droite et au centre se prononcent pour un vote aux cantonales en faveur du PS, là où il serait opposé au FN au second tour.

En Alsace, dans le Pas-de- Calais, le Vaucluse, le Gard ou encore à Marseille : les duels PS-FN ne sont pas à exclure, à dix jours des élections cantonales. Sur fond de progression du Front national, la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a été «très claire», hier, sur les arbitrages à rendre dans ces secteurs : «  S’il y a un second tour FN-PS dans un canton, moi, dans ce cas-là, je dis clairement : on vote PS ! », a affirmé la maire de Longjumeau (Essonne).

Toutefois, pour Jean-François Copé, «  il n’y a pas lieu d’avoir une position aujourd’hui ». Le bureau politique de l’UMP devrait trancher cette question, la semaine prochaine, quatre jours avant le premier tour du scrutin. Le secrétaire général a semblé malgré tout envoyer un signal en jurant une nouvelle fois qu’il n’y aurait «  jamais, jamais, d’alliance » avec le FN, «  même si, ici ou là, les Français peuvent exprimer des déceptions ».

Effets pervers

D’autres, comme le président UMP du Sénat Gérard Larcher, ont aussi donné leur position. Voterait-il pour le PS ? «  Bien sûr ! ». Mais à «  titre personnel ». «  Pour moi, il n’a jamais été question de choisir l’extrême droite », a ajouté le deuxième personnage de l’Etat.

Au centre, les deux partis alliés, le Nouveau Centre (NC) d’Hervé Morin et le Parti radical (PR) de Jean-Louis Borloo ont pris de vitesse la direction nationale de l’UMP. Le député meurthe-et-mosellan Laurent Hénart, numéro deux du PR et bras droit de Borloo, et le chef des députés NC, François Sauvadet, se sont prononcés pour un vote en faveur du PS.

Le président (ex-UMP) de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan, a en revanche livré sa propre lecture de ces appels au réflexe «  républicain » en faveur des socialistes : «  Ça veut dire que ça ne sert à rien de voter à droite puisque c’est la même chose que le PS. »

Dans ce contexte, un nouveau sondage, à paraître aujourd’hui dans France Soir (Ifop) relègue cette fois Marine Le Pen en 3 e position après le candidat PS (sauf s’il s’agit de Ségolène Royal) et Nicolas Sarkozy si le premier tour de la présidentielle devait se dérouler dimanche prochain.

Source : Le Républicain Lorrain – Le 10 mars  2011