Aulnay-sous-Bois : L’usine d’amiante rasée, l’inquiétude demeure

de | 2010-07-13

Aulnay-sous-Bois : L’usine d’amiante rasée, l’inquiétude demeure - image  on http://www.billelouadah.fr Alors que le chantier de démolition du CMMP se termine à Aulnay, les associations réclament de nouvelles mesures de dépollution.

« L’usine poison » n’appartient pas tout à fait au passé. Le chantier de démolition de l’ancienne usine d’amiante du CMMP (Comptoir des minéraux et matières premières) à Aulnay-sous-Bois a certes bien avancé. Les bâtiments ont tous été démolis. Mais l’amiante, cette poussière cancérigène responsable d’au moins 53 décès sur le site et aux alentours, n’a pas encore déserté les lieux.
  
Des sondages réalisés en avril révélaient la présence du minerai dans le sous-sol, notamment sous le bâtiment B. Début juin, une entreprise spécialisée, HPC Envirotec, a réalisé une cinquantaine de sondages sur le terrain, dont les résultats devraient être connus courant juillet. Une nouvelle tente étanche a été installée sur l’emplacement de l’ancien bâtiment B, pour excaver la terre et les gravats contaminés. « On procède au décapage du terrain par couches de 30 cm », explique Jean-Pierre Beckmann, maître d’œuvre du chantier. Ailleurs, des bâches hermétiques ont été posées sur le sol, pour éviter la dispersion.
   
Mais l’inquiétude grandit du côté des associations : « On a un mal fou à obtenir des documents, se plaint Gérard Voide, du collectif des riverains et victimes du CMMP. Les gens ont besoin d’avoir la certitude que le terrain va être vraiment dépollué en profondeur. » Le collectif d’associations réclame de nouveaux carottages, aux abords du site, estimant que la pollution ne s’est pas arrêtée aux murs d’enceinte.
  
Certaines mesures semblent leur donner raison, du côté du cimetière. Une pompe, permettant d’analyser l’air en permanence, a révélé un pic de pollution au moment des préparatifs de la Toussaint. « Très clairement, pendant que l’usine broyait de l’amiante, on continuait à enterrer les gens, explique Jean-Pierre Beckmann. De la poussière a dû entrer dans les tombes. » Les associations s’inquiètent encore plus de la situation de l’école du Bourg 2 voisine, en invoquant des sondages réalisés en 2006 par le CMMP lui-même sur le terrain de l’établissement scolaire. « On n’en a jamais eu les résultats, je pense qu’ils n’étaient pas bons », lâche Gérard Voide.
   
« C’est irrationnel, s’agace le maire PS, Gérard Ségura. Des sondages ont été faits il y a un an et n’ont rien révélé. Il y a des limites à ce que l’on peut faire et financer. » L’élu s’inquiète surtout du surcoût engendré par la dépollution du sous-sol, estimé à 1 M€ supplémentaire (la ville a déjà déboursé 5 M€ uniquement pour le chantier). Et se pose désormais la question de l’utilisation future du terrain : « Nous avons l’intention d’y construire une petite cité de l’enfance, avec une école et deux crèches. » Les associations proposent de leur côté « d’étudier la possibilité de bétonner l’ensemble du site », pour éviter tout risque de pollution future.
 
Source : Le Parisien – Gwénael Bourdon – Le 12 juillet 2010