Aulnay-sous-Bois – Quartiers Mitry-Ambourget et Rose-des-Vents : Les bus évitent deux cités

de | 2010-05-21

Il y a cette carcasse de véhicule calciné, échouée dans une allée de la cité. Cette voiture de police qui tourne discrètement dans le secteur. Et cette affichette à l’arrêt Saint-Paul, qui ne laisse aucun espoir aux habitants du quartier Mitry-Ambourget, à Aulnay-sous-Bois.
  
« C’est pas la peine d’attendre ici, le bus ne passe pas. Ils ont encore brûlé des voitures hier », lance gentiment un habitant qui prend le soleil assis sur une barrière.
  
Jusqu’au 27 mai, les bus des Courriers d’Ile-de-France (CIF) ne pénétreront plus dans la cité. De même pour la cité de la Rose-des-Vents, contournée par les véhicules de la ligne 43. Une décision prise mercredi soir lors d’un comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) qui réunissait représentants des chauffeurs et de la direction. « C’est une mesure préventive parce que le climat est très tendu dans le quartier, on ne veut pas faire les frais des affrontements entre les jeunes et la police », résume Jérôme Ramchurn, délégué syndical Unsa aux CIF.
    
« Il y a des violences tous les soirs. Dès que la nuit tombe, ça commence. En plus, il n’y a plus d’éclairage dans le quartier depuis une semaine, ça n’arrange rien ! » confiait hier une habitante. Mercredi, alors que la direction des CIF avait envoyé un cadre dans le quartier pour évaluer la situation, la soirée a de nouveau été très mouvementée. Une voiture a littéralement explosé rue des Ormes, vers 23 h 40. « Ça a fait un bruit de fou, à faire trembler les vitres. Juste après ça, on a vu une quinzaine de jeunes courir vers la cité du Gros-Saule », témoigne un père de famille. Un témoin aurait aperçu quelques minutes auparavant deux personnes placer une bonbonne de gaz à l’intérieur du véhicule, une voiture volée semble-t-il.
  
L’explosion n’a pas fait de blessés. Quelques heures auparavant, vers 18 heures, des fonctionnaires de police étaient visés par des jets de bille en verre. Ces incidents sont récurrents depuis dimanche. Dans le quartier, tout le monde fait le lien avec l’arrestation mouvementée d’un jeune homme circulant à scooter ce jour-là. Il avait percuté une voiture de police et, après avoir été hospitalisé pour des blessures légères, a été mis en examen mercredi pour refus d’obtempérer.
  
Source : Le Parisien – Gwénael Bourdon – Le 21 mai 2010