Aulnay-sous-Bois : « Les sans-papiers occupent leur ancienne entreprise »

de | 2009-10-16

Aulnay-sous-Bois : Les drapeaux rouges accrochés aux barrières de l’entreprise SNT flottent dans l’air. Casquette CGT vissée sur la tête, une quinzaine d’hommes déterminés occupent la cour du siège social de cette entreprise de nettoyage d’Aulnay-sous-Bois depuis hier matin. « Nous y resterons 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, jusqu’à ce que nous obtenions des papiers », assure Mahamadou.

Comme lui, une vingtaine de salariés ont été mis à la porte fin 2007 après avoir travaillé « entre un et huit ans dans cette entreprise ». Ils ont fait partie de « la vague de licenciements quand Sarkozy a menacé de sanctions les patrons qui nous employaient », raconte-t-il. Depuis, les salariés ont multiplié les démarches pour régulariser leur situation. « L’entreprise nous a beaucoup soutenus, assurent les manifestants. Mais seulement trois des douze dossiers déposés à la préfecture de Paris ont abouti. Et trois sur treize seraient en bonne voie à Bobigny. »

Une situation incompréhensible pour eux, mais aussi pour le directeur général de STN, Yves Atlan. « On a tout fait jusqu’au bout pour les aider, insiste-t-il. La responsable des paies a bossé comme une malade plus d’un mois sur leurs dossiers. On a fait des promesses d’embauche, des lettres de motivation, je me suis déplacé en préfecture, j’ai écrit au ministre et au préfet… L’affaire dure depuis un an, je ne peux plus rien faire », déplore-t-il.
  
Yves Atlan et son frère, le président de la société, ne tarissent pas d’éloges pour leurs ex-employés. « Ce sont des gens sérieux, travailleurs », répètent-ils. À tel point qu’ils s’engagent à « les embaucher sur le champ s’ils obtiennent enfin des papiers ». En attendant, le rouge des drapeaux CGT inquiète les patrons qui craignent pour l’image de leur entreprise. « J’ai peur que les gens croient qu’il s’agit d’un conflit avec nous… »

Source : Le Parisien – Aurelie Foulon – Le 15 octobre 2009