Aulnay-sous-Bois, petite capitale du blues

de | 2010-11-13

Aulnay-sous-Bois, petite capitale du blues - image  on http://www.billelouadah.fr
Les artistes du premier album « Chicago Blues, a Living History », coproduit par la ville et nominé aux Grammy Awards, seront rassemblés pour la première fois à Aulnay-sous-Bois.
John Primer, Carlos Johnson, Billy Boy Arnold, Billy Branch et Lurrie Bell (de gauche à droite) donneront deux concerts. Paul Natkin 

 
La 4e édition d’Aulnay All Blues commence ce week-end avec un budget multiplié par deux et encore plus d’artistes américains. 

Deux fois plus de concerts que l’an dernier, un afflux d’artistes et de mécènes… Le festival Aulnay All Blues, dont la quatrième édition démarre aujourd’hui, n’est plus le petit festival des débuts. Il faut dire que les Grammy Awards ont laissé des traces. Au début de l’année, le disque « Chicago Blues, a Living History », coproduit par la ville d’Aulnay, était nominé à la prestigieuse cérémonie américaine, l’équivalent de nos Victoires de la musique.

Il en est reparti bredouille mais l’aventure a suffi à braquer les projecteurs sur la commune et son festival dédié au blues de Chicago.

Des concerts dans des cafés et à l’usine L’Oréal

Depuis, la manifestation a vu son budget multiplié par deux (de 180000 € à 350000 €), grâce au soutien renforcé de la municipalité, aux subventions versées par des entreprises, et à l’implication « très forte » de l’ambassade américaine à Paris qui a financé le site Internet de l’événement. Pour faire venir les artistes américains, les organisateurs ont même bénéficié de billets d’avion gratuits, offerts par la compagnie américaine United Airlines.
   
Cette manne financière a évidemment permis d’inviter de nombreux musiciens, d’autant plus faciles à convaincre qu’ils connaissent désormais le nom d’Aulnay. Le public pourra écouter des pointures telles que le guitariste de Chicago Ronnie Baker Brooks. Il découvrira aussi, rassemblés pour la première fois à Aulnay, les principaux artistes ayant collaboré au CD « Chicago Blues » (enregistré outre-Atlantique). Ils seront sur la scène de l’espace Jacques-Prévert, le temps de deux concerts les 20 et 21 novembre. Des projections et des conférences permettront d’explorer l’histoire et les racines de ce courant musical. Pour conquérir un public nouveau, les concerts auront lieu cette année dans quelques cafés de la ville, devant des scolaires, au foyer pour personnes âgées… et même dans les locaux du groupe L’Oréal, le temps d’une représentation privée pour les salariés.

   
« Grâce à cette célébrité, des portes se sont ouvertes, et on peut porter le blues là où il n’est pas », indique Mohamed Beldjoudi, responsable de la culture à Aulnay et fondateur du festival. Ce dernier rêve déjà d’un concert l’an prochain dans les ateliers de l’usine PSA Peugeot Citroën.

   
Le travail de création musicale a lui aussi connu un coup d’accélérateur. Le nouvel album, qui sera présenté lors du festival, « Chicago Blues, the (R)evolution Continues » (sortie officielle le 15 janvier) réunit les mêmes artistes que le premier opus, ainsi que d’autres musiciens majeurs comme Buddy Guy, James Cotton, Magic Slim. « C’est la première fois qu’on réunit autant d’artistes de blues en studio », souligne le coproducteur Larry Skoller (label Raisin Music), qui n’a pas vu le temps passer : « Après le festival, on pourra souffler, pour la première fois depuis un an et demi. » A moins qu’Aulnay ne soit de nouveau invité aux Grammy Awards…
  
Source : Le Parisien – GB – Le 13 novembre 2010