Aulnay-sous-Bois – Football : « Zanké Diarra, dans l’ombre d’Alou »

de | 2010-12-29

Aulnay-sous-Bois - Football : « Dans la famille, on a tous la même rage de vaincre. On n’aime pas la défaite. » Zanké Diarra est le frère cadet d’Alou Diarra, capitaine des Bleus. Footballeur tout comme lui, il est passé par le PSG mais n’a pu y rester. Son contrat professionnel d’une année n’a pas été renouvelé. Victime la saison dernière d’une fracture du métatarse lors du dernier match de championnat, il a été tenu éloigné des terrains trois mois, et sa chance avec Paris est passée.

A 25 ans, Zanké est en contact avec Viry- Châtillon (Essonne), club de CFA.

Milieu de terrain défensif comme son aîné

Alou suit de près son petit frère. « On se parle tous les jours au téléphone, raconte Zanké. Il me dit de ne jamais rien lâcher, de provoquer la chance, de ne rien laisser au hasard et d’espérer que ça finisse par payer. Alou a trimé et a dû se battre. Je me souviens quand il jouait à Villepinte (Seine-Saint-Denis) et qu’il envoyait des lettres de candidature. Seul Louhans-Cuiseaux l’a accueilli, mais il a saisi cette chance…» Depuis qu’il est tout petit, il caresse le rêve du professionnalisme avec ses trois frères. Ensemble, il sont tapé dans un ballon jusqu’à pas d’heure au bas des immeubles du quartier de la Rose des Vents, à la cité des 3 000 à Aulnay-sous- Bois (Seine-Saint-Denis). Alors Zanké y croit. Mais tout n’est pas simple : après le CSL Aulnay, Zanké a poursuivi sa formation avec Brétigny puis a joué à Chantilly (CFA 2), Wasquehal (montée en CFA), et Quevilly (CFA),qu’il a quitté juste avant l’épopée en Coupe de France la saison dernière. « Alou est un exemple, enchaîne Zanké, lui aussi milieu de terrain défensif. Mais dans tous les clubs, on me compare à lui. On attend beaucoup de moi. Mais chacun ne doit compter que sur lui-même pour réussir. » Le frère d’Alou a aussi un plan B. Il pourrait rebondir dans l’informatique, fort de son bac pro. Un autre de ses frères, Idrissa, a sauté le pas en créant un réseau social sur le Web (Sportland-live) afin d’aider les apprentis footballeurs à trouver un club.

Source : Le Parisien – Le 29 décembre 2010