Aulnay-sous-Bois : La ville primée pour son accueil des enfants handicapés

de | 2008-06-10

Aulnay-sous-Bois : La ville primée pour son accueil des enfants handicapés - image le_parisien_joel_saget on http://www.billelouadah.fr   Jugée exemplaire pour son aide en direction des bambins atteints de tous types de handicaps, la ville d’Aulnay-sous-Bois a été récompensée hier soir à l’occasion de la 4 e cérémonie des trophées Apajh (Associations pour adultes et jeunes handicapés) au palais des Congrès à Paris. Ils distinguent les communes ou associations oeuvrant pour l’insertion des personnes handicapées à l’école, dans l’emploi et dans la cité. C’est pour sa mobilisation pour la scolarisation qu’Aulnay-sous-Bois a été primée. La ville n’a pas attendu la loi du 11 février 2005 faisant obligation aux écoles d’accueillir les enfants handicapés en milieu ordinaire pour agir.

                                           « Un choix politique »

La mission handicap a été créée en 1990 et, depuis 1995, la ville a mis en place une équipe d’auxiliaires d’intégration qui interviennent depuis la crèche jusqu’à la fin de l’école primaire, et dans les centres de loisirs pour que ces écoliers différents puissent vivre au milieu des autres enfants.
« C’est un choix politique, qui n’a pas toujours été simple car c’est un travail de longue haleine, mais pour lequel le consensus allait bien au-delà de la majorité de l’époque », se félicite Gérard Gaudron, ancien maire d’Aulnay et député (UMP).

Aujourd’hui, 21 auxiliaires formés par la mission handicap interviennent auprès de ces petits Aulnaysiens, depuis la naissance jusqu’à 12 ans. « Notre rôle, c’est un travail éducatif. Certains établissements spécialisés n’accueillent pas les enfants avant 6 ou 7 ans. Nous leur permettons de grandir malgré tout. Qu’ils soient orientés vers l’école ou un établissement spécialisé, nous intervenons pour qu’ils continuent à voir leurs copains au centre de loisirs les mercredis ou durant les vacances », explique Muriel Hassani, responsable de la mission handicap. Les parents ne sont pas oubliés avec des groupes de paroles animés par une psychologue. Au-delà, la mission a délégué deux agents pour traduire en Braille les documents scolaires, a créé une commission d’accessibilité et formé 120 assistantes maternelles, les personnels de la petite enfance et les directeurs de centres de loisirs.

   La commune est sollicitée par d’autres villes ou même le département pour apporter son conseil. Et c’est un facteur d’attractivité : « Nous avons des familles qui avaient déménagé et sont revenues à Aulnay pour ce dispositif qui n’existe pas ailleurs », observe Muriel Hassani.

Marjorie Corcier  – Le Parisien publié le 10 juin 2008.