Aulnay-sous-Bois : « Le premier hall sécurisé de la Morée »

de | 2008-10-10
Aulnay-sous-Bois : Aulnay, mercredi. Les habitants ont découvert le modèle des halls, avec accès sécurisé et verre incassable, qui équiperont l’ensemble des 18 bâtiments de la Morée d’ici à six mois (LP/N.A.)

Au No 9 de la rue des Aulnes, à Aulnay, l’entrée de l’immeuble arbore de nouveaux murs gris, des portes massives en acier noir et des vitres en verre incassable. Ce hall témoin, inauguré mercredi après-midi, est le prototype qui équipera d’ici à mars prochain les 17 autres bâtiments de la copropriété de la Morée.

« Les travaux arrivent enfin, c’est une très bonne chose », se félicite Richard, qui habite le quartier depuis les années 1970. « On les attendait depuis très longtemps, mais le gestionnaire précédent ne faisait pas son travail », ajoute-t-il pour expliquer la situation inextricable dans laquelle l’immense copropriété de neuf cents appartements s’est retrouvée plongée.

Un plan de sauvegarde de la copropriété

Plus de syndic depuis 2004, placée sous la tutelle d’un administrateur judiciaire, la Morée a fait l’objet d’un arrêté de plan de sauvegarde, pris par le préfet en 2007. Quatre partenaires principaux interviennent : le département, la région, la ville et l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Mercredi, élus, architecte et habitants sont venus vérifier que l’ensemble du cahier des charges avait bien été respecté, avant de lancer la suite des travaux. « Cela a pris quelques mois de retard, mais tous les financements ont maintenant été trouvés, ça va aller plus vite », promet le maire (PS), Gérard Ségura. Le coût du chantier, qui a démarré par la remise aux normes des ascenseurs, est de 26 millions d’euros, dont près de 80 % ont été apportés par les partenaires, le reste étant financé par les copropriétaires.

« La priorité et l’urgence, c’est la sécurisation des lieux qui passe par les ascenseurs, les halls, l’éclairage, l’étanchéité des terrasses et la reprise des éléments de façades qui vont être sondés et remplacés si nécessaire », détaille l’architecte. Sur les sommets de plusieurs tours, des filets de protection sont toujours posés pour stopper la chute de morceaux de béton. Une vieille dame intervient pour souhaiter que l’éclairage soit rétabli au niveau du parking et que les portes d’accès aux caves manquantes soient remplacées. Le maître d’oeuvre en prend note.

Rabia, elle, a acheté son appartement il y a deux ans, sans être informée des problèmes de la copropriété. « Je me retrouve à payer des sommes importantes pour régler des arriérés de charges », se plaint-elle. Son cas n’est pas isolé. Le maire annonce qu’il va écrire à l’ensemble des notaires de la ville afin qu’ils informent les acheteurs de la situation de la Morée. « Dans la foulée, je pense et j’espère que viendront les grands travaux », conclut l’élu.

Source : Le Parisien – Naïma Amiri – Le 10 octobre 2008