Attaquée par l’UMP, Rama Yade (Parti Radical) se rebiffe : «J’existerai après l’Unesco»

de | 2011-04-25

Attaquée par l’UMP, Rama Yade (Parti Radical) se rebiffe : «J'existerai après l'Unesco» - image  on http://www.billelouadah.fr L'indépendance affichée par Rama Yade lui coûtera-t-elle son poste d'ambassadrice de France auprès de l'Unesco ?
C'est ce qu'affirmait, mardi 19 avril, Le Nouvel Observateur, selon lequel Nicolas Sarkozy a décidé de la démettre de ses fonctions, estimant qu'elle viole son devoir de réserve en critiquant le gouvernement.

L'ex-benjamine du gouvernement a annoncé, début avril, qu'elle quittait l'UMP pour rejoindre le Parti radical de Jean-Louis Borloo. Si elle assure avoir "beaucoup d'affection" pour le chef de l'Etat, elle explique qu'elle est désormais en désaccord avec sa "ligne politique" et critique sans détour la séquence droitière lancée avec le débat sur l'islam et la laïcité.

L'ancienne ministre des sports et secrétaire d'Etat aux droits de l'homme avait déjà affiché son indépendance à plusieurs reprises, au point de le payer en devant quitter le gouvernement lors du remaniement de novembre 2010. Nicolas Sarkozy pensait certainement qu'un poste d'ambassadrice suffirait à s'assurer de sa loyauté. Pari perdu.

Le chef de l'Etat s'était agacé du peu de soutien affiché par Mme Yade à l'engagement français en Libye ou en Côte d'Ivoire. Le soutien de l'ex-ministre à Jean-Louis Borloo aurait constitué la "goutte d'eau".

"AVANT, J'ÉTAIS DANS LA BROUSSE, C'EST ÇA ?"

Mais les rumeurs de la colère présidentielle laissent Rama Yade de marbre. "Si cela gêne le président, qu'il n'hésite pas à me le dire et je choisirai la politique dans la minute, menace-t-elle. Je ne compte pas faire carrière à l'Unesco, ce n'est que temporaire."

Interrogée sur France Inter, vendredi 22 avril, sur le fait que Nicolas Sarkozy lui a confié cette  mission, l'ex-secrétaire d'Etat s'est montrée agacée : "Oui, parce que sinon, avant, j'étais dans la brousse c'est ça ? Et on m'a appris la civilisation depuis ? J'existais avant, j'existerai après", assure-t-elle.

La tension monte aussi entre Rama Yade et l'UMP. Gérard Larcher, président du Sénat, l'a appelée à respecter son devoir de réserve. La députée Valérie Rosso-Debord a estimé que la "meilleure solution" pour l'ex-secrétaire d'Etat serait de démissionner de son poste. "C'est une fonction qui nécessite tact et mesure. Donc je pense qu'a priori elle est passée au delà du tact et de la mesure", a critiqué la parlementaire. Et de conclure : "Si son seul moteur est l'aigreur, sa vie ne va pas être très agréable."

Source : Le Monde.fr avec AFP – Le 25 avril 2011

Une réflexion au sujet de « Attaquée par l’UMP, Rama Yade (Parti Radical) se rebiffe : «J’existerai après l’Unesco» »

  1. alain rabier

    Pourquoi est-il si difficile de critiquer l’action du gouvernement?
    Si Nicolas Sarkozy est en situation délicate, la responsabilité n’incombe ni à Rama Yade, ni à Jean-Louis Borloo.
    L’UMP n’a pas le monopole de la droite.

Les commentaires sont fermés.