Allocations familiales : “Say it ain’t so, please, say it ain’t so”**

de | 2008-04-19

   Moins d’une semaine après «l’affaire» de la carte «familles nombreuses», les choix du gouvernement en matière de politique familiale font décidément polémique.
De nombreux députés de droite et du centre se sont inquiétés de ce nouveau «couac» gouvernemental.
Jacques Myard dénonce «un coup sévère à la politique familiale française».
Hervé de Charette, quant à lui, estime que la mesure "ne peut pas être maintenue en l’état". "La semaine dernière, c’était la carte familles nombreuses, dimanche le remboursement des lunettes, lundi les conditions d’indemnisation des chômeurs, mardi les allocations familiales… C’est un gouvernement à hue et à couacs", accuse-t-il .
Pour le député des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca, "c’est une rupture dont on se passerait bien" qui donne aux familles "un bien mauvais signal au moment où elles sont les premières victimes des difficultés économiques", ajoute-t-il.

  La semaine dernière, Hervé Mariton, député de la Drôme et proche de Dominique de Villepin, tempêtait déjà : «Ces derniers temps, la politique familiale fait l’objet d’un tir de barrage inadmissible. Le gouvernement considère qu’elle est une variable d’ajustement alors qu’elle est un élément fondamental du pacte social
**Traduction : "Dites-nous que ce n’est pas vrai, je vous en prie, dites-nous que ce n’est pas vrai"

2 réflexions au sujet de « Allocations familiales : “Say it ain’t so, please, say it ain’t so”** »

  1. Joaquim

    Merci pour votre liberté de ton de montrer qu’il existe des sensibilités à droite qui ne partage pas la politique familiale gouvernementale. J’espère que ces approximations destinées à faire des économie de bout de chandelle vont cesser et que les vrais réformes mises en place.

  2. Aulnay Radical

    En raison de leur caractère diffamant et belliqueux, deux commentaires d’André et de Julien n’ont pas été publiés.
    Nous rappelons qu’Aulnay Radical n’est pas un défouloir mais un espace de libre expression où l’invective n’est pas tolérée.

Les commentaires sont fermés.